Accueil
2 min

Emelie, 27 ans : « Je veux plus vloguer pour montrer le changement climatique. »

Aujourd’hui : la parole à Emelie Nana (27 ans) qui participe aux campagnes de sensibilisation et de plaidoyer pour la justice climatique au Burkina Faso. Elle te raconte comment est né son engagement climatique et quelles sont ses missions au sein de l’asso « Jeunes Volontaires pour l’Environnement ».

Il y a 3 ans, je rejoins l’association jeunes volontaires pour l’environnement (JVE) grâce à des amies qui m’invitent à participer à une caravane* sur les énergies renouvelables à Ouagadougou (Burkina Faso). C’est à ce moment-là que je comprends le rôle que je peux jouer dans la sauvegarde de l’environnement.

Après une courte période de formation, je commence à intervenir comme animatrice volontaire. Ma mission consiste à organiser et modérer les discussions entre groupes d’étudiants sur des thématiques précises comme la protection de l’environnement, le reboisement ou le changement climatique en général.

J’interviens aussi lors des campagnes de mobilisation comme les caravanes ou les marches. Elles ont des thèmes bien précis comme la justice climatique et les énergies renouvelables. Là, on me confie la tâche d'assurer la couverture vidéo de l'événement et de le diffuser en direct sur la page Facebook de notre association.

Je prends beaucoup de plaisir à prendre part à ces actions. C’est un peu ma manière d’apporter ma pierre à l’édifice.

Et puis la justice climatique est un sujet très important pour moi. Je crois que je me sens particulièrement concernée puisque plusieurs membres de ma famille (comme beaucoup de Burkinabès) vivent de l’agriculture et de l’élevage. Aujourd’hui, leur activité est frappée de plein fouet par les effets néfastes du changement climatique.

smiley
Pour partager ton témoignage : fais-nous signe ici (oublie pas tes coordonnées)

Au moment de la COP27, 170 organisations de la société civile de 28 pays africains lancent « la caravane africaine ». Un projet financé par Oxfam qui consiste à sillonner le continent pendant plusieurs semaines pour sensibiliser les populations aux méfaits du réchauffement climatique.

C’est l’occasion pour moi de m’adonner à 100% au vlogging*. Je réalise des reportages vidéo qui couvrent l’ensemble des actions menées au Burkina Faso : ça va du plaidoyer avec les autorités aux conférences de presse en passant par les marches climatiques et les parades urbaines.

Et puis Oxfam lance le vlogging challenge, une compétition où 2 jeunes de chaque pays participant à la caravane sont sélectionnés pour faire des reportages sur l’ensemble des activités. Je suis choisie pour représenter le Burkina Faso et je remporte le 1er prix grâce à mes vidéos où je relate la réalité et les difficultés des communautés rurales face aux effets du changement climatique.

Cette récompense renforce mes convictions, mon engagement écologique et m’encourage à prendre de nouvelles initiatives.

Par exemple, je souhaite initier plus de jeunes de l’association au vlogging. Je veux aussi faire plus de vlogs dans différents endroits, avec différentes personnes pour montrer les conséquences du réchauffement climatique sur les communautés locales burkinabè. Et puis surtout, j’aimerai participer à la COP28.

À mes yeux, il est primordial et noble d'être engagé pour la planète. La vie et tout ce que nous connaissons n’est possible que parce que la nature le permet aujourd'hui. C’est donc très important que la jeunesse se mobilise et agisse pour l’environnement et le climat.

Ta réaction

Tu penses quoi du témoignage d'Emelie ?

Suis Emelie sur les réseaux de son association pour découvrir le reste de son action :

Caravane : Action locale initiée pour sensibiliser les personnes aux questions climatiques

Vlogging : Pratique qui consiste à faire des vlog, des vidéos où on filme son quotidien, ses vacances, etc.

Envie de découvrir un nouveau témoignage ? Clique ici !