10 min

Quel est l'impact de la mode sur l'environnement ?

Hé toi, là. Oui, toi. Tu sais d’où vient le T-shirt que tu portes ?
  • Oui
  • Euh...

L’impact de leur production

Première étape pour créer un vêtement : la matière. C’est-à-dire le matériau qui sera transformé/coupé/cousu/teint… pour former un produit final. Elle peut être « première » (créée spécialement pour l’occasion) ou « secondaire » (recyclée à partir d’un ancien produit).

Il y a 3 types de matières premières :

Les matières végétales

Comme le coton, le lin ou le chanvre. Mais attention, c’est pas parce qu’elles sont naturelles que leur production est sans impact sur l’environnement ☝️

Prends le coton par exemple, qui représente à lui tout seul 1/4 des fibres textiles produites dans le monde. À la base c’est une plante qui n’a pas besoin de beaucoup d’eau pour pousser, mais en fait la majorité du coton mondial pousse immergé dans l’eau pour grandir plus vite et maximiser les rendements. Et cette eau il faut bien la trouver quelque part → les cultivateur·ices détournent donc des sources d’eau naturelles pour irriguer leurs champs.

Cette pratique a contribué à assécher :
  • La mer d’Aral
  • La mer Méditerranée
  • L’océan Atlantique

Cette eau est non seulement exploitée, mais aussi polluée par les engrais de synthèse et pesticides qui sont utilisés dans les champs de coton, et qui vont donc se répandre dans l’environnement en empoisonnant les êtres vivants. Bref, pour la faune et la flore locale et les habitant·es des alentours, c’est la double peine : moins d’eau et une eau polluée 🙃

Les matières synthétiques

Comme le polyester ou la viscose. La grosse majorité (70%) des fibres synthétiques produites aujourd’hui sont fabriquées à partir de pétrole. Une énergie fossile donc, dont l’extraction et l'utilisation sont très polluantes (plus de détails ici).

Les matières animales

Type laine, cuir ou soie. Comme pour les matières végétales, leur côté « naturel » ne veut pas dire qu’elles n’ont aucun impact environnemental. Les animaux dont elles proviennent (le mouton pour la laine, la vache ou l'agneau pour le cuir, le vers à soie pour la soie…) sont souvent élevés de manière intensive, où leurs conditions de vie ne sont (clairement) pas la priorité.

L’impact de leur transformation

Sur l’environnement

Ça y est, le coton de ton T-shirt a été produit, alléluia. Mais pop pop pop pas si vite, il reste du boulot pour en faire un vêtement. Toutes les étapes entre la matière brute et le produit final sont ce qu’on appelle la transformation.

Au cours de ce processus, la matière est traitée avec plusieurs produits chimiques pour lui donner certaines caractéristiques. Par exemple de la graisse ou de la cire pour la rendre plus résistante, de l’eau de javel pour la blanchir, des teintures pour la colorer, du chrome pour tanner le cuir…

Ces techniques entraînent le rejet de substances (chlore, métaux lourds, acides…) directement dans l’environnement. Ces produits sont absorbés par les plantes, les animaux, les humain·es, et les intoxiquent petit à petit 🤢

Sur l’humain

Regarde l’étiquette de ton T-shirt : combien de chances qu’il ait été fabriqué au Vietnam, au Bangladesh ou en Chine (bref, là où il coûte moins cher à produire) ? Les personnes qui travaillent dans les usines le font bien souvent dans des conditions précaires, voire dangereuses.

Elles sont en contact étroit avec les substances toxiques citées juste au-dessus, pour des salaires très bas, avec un droit du travail et une protection sociale réduits au minimum (voire inexistants). Ça peut même aller plus loin.

Qu’est-ce qui s’est passé le 24 avril 2013 ?
  • L’incendie dans un entrepôt en Chine
  • L’empoisonnement d’ouvrier·ères au Vietnam
  • L’effondrement d’une usine textile au Bangladesh

L’impact de leur distribution

Tu l’as compris, entre le coton cultivé en Ouzbékistan, sa transformation qui a dû se faire au Bangladesh, et sa vente dans le magasin à côté de chez toi → ton T-shirt a quasi fait le tour du monde.

Carte qui représente le parcours de fabrication d'un jean autour du monde.
On considère qu’un jean peut parcourir jusqu’à :
  • 5000 kilomètres
  • 65 000 kilomètres
  • 650 000 kilomètres

C’est quoi son impact global ?

Tous les impacts qu’on vient de te lister x les 130 milliards de vêtements qui sont vendus chaque année = une grosse cata environnementale.

En résumé, l’industrie de la mode :

  • Émet, selon différentes sources, entre 2% et 10% des émissions mondiales de CO2 (un gaz à effet de serre qui aggrave le changement climatique)
  • Pollue l’environnement → la teinture des textiles est la 2e plus grosse source de pollution de l’eau au monde
  • Génère une grosse quantité de déchet → l’équivalent d’un camion poubelle de textile est enfoui ou brûlé… chaque seconde ⏰

Tout ça représente la moitié de l’impact environnemental des vêtements.

L'autre moitié vient de :
  • Leur entretien
  • Leur recyclage
  • Leur vente

····················

🧐 On fait quoi ?

Appuyer sur « pause »

Dans un monde où la fast-fashion, et même l’ultra fast-fashion ont pris le pouvoir, on se pose 2 minutes pour identifier ce dont on a vraiment besoin (et pas ce qui nous fait juste envie). Voilà des conseils pour freiner un peu sa conso de manière générale, un guide pour survivre aux soldes sans (presque) rien acheter, et nos tips pour se construire une garde-robe intemporelle, durable ET cool.

Produire mieux

Les industriels et politiques ont aussi leur part de responsabilité dans ce modèle. Les premiers peuvent s’engager à adopter un mode de production des vêtements plus respectueux de la planète et des humains.

C’est justement un des objectifs de :
  • L’Accord des marques pour le climat
  • La loi sur le devoir de vigilance
  • Le décret contre la pollution des fringues

C’est aussi l’objectif du courant de la « slow fashion » (« mode lente ») qui se développe petit à petit : miser sur des matières plus éco-responsables (notre guide sur le sujet ici), créer des collections capsules plutôt que produire du stock en continu, relocaliser la production en France/en Europe… L’Union Européenne s’est justement engagée à défendre ce modèle dans son Pacte vert (on t’explique ce que c’est ici).

····················

Voilà 3 applis pour choisir des fringues respectueuses de la planète

😎 T’en veux plus ?

Quelques docus pour aller plus loin sur l’impact de la mode :

  • Indonésie, le fleuve victime de la mode : un épisode de la série documentaire Vert de Rage, présentée par Martin Bourdeau, qui enquête sur la rivière Citarum (une des plus polluée au monde).
  • Coton : l’envers de nos tee-shirts : de l’Ouzbékistan au Bangladesh, l’équipe de Cash Investigation suit le parcours d’un T-shirt en coton, en essayant de comprendre ce qui se cache derrière sa fabrication.
  • Fast fashion, les dessous de la mode à bas prix : une dernière enquête (très bien faite) pour la route, qui montre les coulisses des vêtements à petit prix que tu peux trouver dans les boutiques ou sur Internet.

👀 Sources

Oxfam - L’impact de la mode : drame social, sanitaire et environnemental
Éthique sur l’étiquette - Décomposition du prix d’un T-shirt
ADEME - Le revers de mon look
Le Figaro - L'industrie du textile embarrassée par le drame au Bangladesh
UNEP - Putting the brakes on fast fashion
Commission Européenne - Pacte vert: de nouvelles propositions pour faire des produits durables la norme et renforcer l'indépendance de l'Europe sur le plan des ressources
UNFCCC
World Economic Forum

author image
Pauline Vallée
Voisine de Totoro