Accueil
4 min

Que s’est-il passé à la mine de charbon de Lützerath en Allemagne ?

Lützerath, c’est…
  • Une compagnie aérienne
  • Le nom d’un petit village
  • Une région d’Europe

Une manifestation contre l’agrandissement d’une mine à charbon

Dans l’ouest de l’Allemagne, entre Cologne et Düsseldorf, il y a un petit village qui s’appelle Lützerath et qui va bientôt disparaître. Pas à cause de la montée des eaux ou du prix de l’immobilier, mais pour permettre l'agrandissement d’une des plus grandes mines de charbon à ciel ouvert d’Europe qui s’appelle Garzweiler II et qui appartient au groupe énergétique allemand RWE.

L’extension est prévue depuis des années mais avec la crise énergétique en Europe et l’arrêt des livraisons de gaz russe (dont l’Allemagne dépend beaucoup) dû à la guerre en Ukraine, ces derniers jours les choses se sont accélérées.

Mais qui manifeste contre ce projet ?
  • Des activistes écolos
  • Le syndicat des mineur·ses allemand
  • Des Extraterrestres

C’est pourquoi après le départ (un peu forcé pour débuter les travaux) des 2 000 habitants de Lützerath, des militant·es écologistes sont arrivés de toute l’Allemagne pour occuper les lieux et éviter que le village ne soit détruit.

Pendant 2 ans, des activistes ont donc habité là-bas et ont bloqué l'avancement des travaux de la mine. Mais la semaine dernière (le 11/01), la police a lancé une grosse opération d'expulsion de ce qui était devenu une ZAD*.

Même Greta Thunberg était de la partie

On arrive à samedi dernier (le 14/01), où des milliers de manifestant·es se sont réuni·es à Lützerath pour protester contre l’évacuation du village. D’ailleurs, Greta Thunberg était présente : « Le charbon de Lützerath doit rester dans le sol, a-t-elle déclaré. Le climat ne doit pas être sacrifié à la croissance à court terme et à l’avidité des entreprises. »

La manifestation s’est transformée en affrontements (parfois violents) entre militant·es et forces de l’ordre et la jeune activiste suédoise + d'autres manifestant·es ont été placé·es en garde à vue.

En affrontant la police, les « zadistes » voulaient retarder l’évacuation du village jusqu’à la fin du mois de février. Car selon la législation allemande, il est interdit de couper des arbres à partir du 1er mars jusqu’au mois d’octobre. Donc la destruction de Lützerath aurait été reporté à l’automne 2023 #pasbête

Ils affirment aussi (en s’appuyant sur une étude de l’Institut allemand pour la recherche économique de Berlin) que raser le village n’est pas nécessaire pour approvisionner correctement le pays en énergie.

Les activistes ont été expulsé du village

Pourtant, même avec cette grosse manif, l’évacuation de Lützerath a quand même eu lieu. Ce lundi, les deux derniers militant·es (qui se cachaient dans un tunnel depuis plusieurs jours) ont fini par sortir et ont été expulsé·es par les forces de l’ordre.

Le village devrait disparaître d’ici le mois de mars ou d’avril 2023 et les excavatrices (des pelleteuses géantes qu’on appelle aussi des « Bagger ») vont extraire des millions de tonnes de lignite (un des charbon les plus polluants) pour alimenter les centrales thermiques aux alentours.

Pourquoi l’Allemagne a autorisé ce projet ?

Il faut savoir qu’à la base, cette décision a pour but de limiter les émissions de CO2 dans le pays. En fait, en octobre 2022, le gouvernement allemand et la RWE ont signé un accord dans lequel le géant de l’énergie s’engageait à arrêter d’exploiter du charbon d’ici 2030 au lieu de 2038. En échange, il a eu le droit d'agrandir la mine de Garzweiler II. Cet accord pourrait permettre à 280 millions de tonnes de charbon de rester sous terre et d’éviter l’émission de 280 millions de tonnes de CO2 dans l'atmosphère (l’équivalent du même nombre de vols Paris/New-York) 😵

Le gouvernement allemand est parfaitement conscient que plus d’énergies fossiles c'’est pas une bonne chose pour la santé de la planète. Le ministre écologiste de l’Économie, Robert Habeck, a reconnu que ce projet était nécessaire pour la sécurité énergétique du pays mais que « bien sûr, c’est un pêché vis-à-vis de la politique climatique ». Depuis le début du conflit ukrainien, l’Allemagne ne se fait plus livrer de gaz russe, qui représentait 60 % de son mix énergétique.

Ta réaction

Alors, c’est plus clair ?
Faut arrêter d’extraire les énergies fossiles du sol ?

ZAD : Espace, le plus souvent rural, occupé par des militant·es s'opposant à un projet d’aménagement qu'ils estiment inutile, coûteux et susceptible de porter atteinte à l'environnement et à l'intérêt des populations locales.

AFP
France Info - Allemagne : la mine de charbon de Lützerath, symbole de l'opposition aux énergies fossiles
RFI - Allemagne: la ZAD de Lützerath, un village symbole de la lutte contre des énergies fossiles
Libération - Qu’est-ce que les «Bagger», ces excavatrices géantes utilisées dans les mines de charbon allemandes ?

author image
Nicolas Quénard
The Lizard King