5 min

Qu’est-ce qui se passerait si tout le monde devenait vegan ?

De quoi on parle ?

De l’agriculture et de l’alimentation qui sont méga importantes pour faire face au changement climatique ☝️ Et parmi les trucs qui peuvent changer… ce que mangent les humains !

Tu le sais peut-être, réduire sa conso de viande c’est plutôt très bon pour la planète 🥕

Mais qu’est-ce qu’il se passerait si tout le monde devenait vegan = si on arrêtait complètement de consommer des produits animaux (donc la viande, le poisson, mais aussi les œufs et les produits laitiers) ?


Faire de la place

L’élevage utilise énoooormément d’espace. Déjà, il faut de la place pour élever les animaux… mais en plus, il faut de la place pour faire pousser leur nourriture !

Quelques chiffres à noter 🤓

  • Sur la totalité des terres utilisées pour l’agriculture, environ 80% servent pour l’élevage (pour sa nourriture + pour la place que prennent les animaux) !
  • Environ 1/3 des cultures servent en fait à nourrir des animaux qui sont mangés ensuite.
  • Sur 100 calories utilisées pour nourrir une vache, seulement 10 à 15% sont récupérées par les humains qui vont ensuite manger cette vache. Ça veut dire que 85 à 90% des calories sont « perdues » en passant par la vache !

Un dernier pour se faire plaiz :

Un régime vegan dans les pays à hauts revenus* libèrerait :
  • Environ la surface de l’Espagne
  • Environ la surface de l’Espagne + la Pologne
  • Environ la surface de l’Union Européenne


Réduire les émissions de gaz à effet de serre

L’élevage est aussi responsable de beaucoup, beaucoup, beaucoup d’émissions de gaz à effet de serre* : 14,5% des émissions mondiales 😳

Manger vegan, ça émet :
  • 10% de gaz à effet de serre en moins
  • 25% de gaz à effet de serre en moins
  • 50% de gaz à effet de serre en moins

Et ça, c’est parce que ça évite :

  • Les émissions de méthane dues au système digestif des ruminants (ouais les vaches pètent, rotent et ça réchauffe la planète).
  • Les émissions dues à certains engrais (qui relâchent du protoxyde d’azote, un gaz à effet de serre 300 fois plus puissant que le dioxyde de carbone).
  • La déforestation (qui nuit aussi au climat en relâchant du carbone dans l’atmosphère).
  • Tout ce qui est nécessaire à la production de poisson (l’essence pour les bateaux, la glace dans lesquels il faut les transporter…).

Mettre tout le monde au régime vegan, ça serait donc super utile pour limiter la hausse des températures à 1,5°C maxi. D’ailleurs, si les régimes alimentaires n’évoluent pas, il sera quasi impossible de tenir cet objectif !


Réduire d’autres impacts environnementaux

L’impact d’1 kilo de viande est aussi 10 à 100 plus élevé que celui d’1 kilo de céréales en ce qui concerne :

  • La consommation d’eau
  • La pollution de l’eau
  • La pollution de l’air
  • La pollution des sols

Parce que tous les engrais/insecticides évités pour faire pousser de la nourriture pour le bétail, c’est aussi ça de moins dans l’environnement 😌


Les opportunités créées par la fin de l’élevage

Mettre fin à l’élevage, tu l’as vu plus haut, ça libérerait pas mal d’espace. Et ces terres pourraient aussi être utilisées pour aider la planète à se remettre des dégâts que l’humanité lui fait subir !

Créer des puits de carbone*

Pour limiter la hausse du changement climatique à 1,5°C, la plupart des prédictions disent qu’arrêter d’émettre des gaz à effet de serre ça ne suffira pas, il faudrait aussi en absorber (c’était d’ailleurs dans le dernier rapport du GIEC).

Et pour ça, y a pas de meilleur allié que la nature (vu que les techniques pour le faire artificiellement ne sont pas au point) !

En libérant ces terres utilisées pour l’élevage et en restaurant les milieux naturels qui les occupaient auparavant (comme des forêts, mais aussi des prairies, savanes, etc) beaucoup de carbone pourrait être absorbé.

Appliquer cette mesure dans les pays à hauts revenus, c’est :
  • 1 milliards de tonnes de carbone économisées
  • 10 milliards de tonnes de carbone économisées
  • 100 milliards de tonnes de carbone économisées

Combattre l’effondrement de la biodiversité

Cette utilisation des terres pour l’agriculture est aussi en partie responsable de la chute de la biodiversité. Donc arrêter de détruire la nature et arrêter d’utiliser des produits chimiques pour cultiver la nourriture des animaux d’élevage, ce serait toujours ça de pris pour l’Amazonie, les vers de terre, et tous leurs potes animaux et plantes !

Mais en plus, en appliquant la mesure expliquée au-dessus de restauration des anciens écosystèmes, la biodiversité en bénéficierait aussi puisqu’elle pourrait de nouveau s’y épanouir 😍


Bon alors : tous et toutes vegan ?

Clairement, ce serait une mesure hyper efficace.

Mais en fait la plupart des études qui se sont penchées sur les impacts d’un changement d’alimentation se basent sur un régime « sain » qui contient très peu de produits animaux, mais qui en contient quand même un tout petit peu, et non pas sur un régime vegan.

La raison : c’est tout simplement « plus réaliste ». Car devenir 100% vegan, ce serait compliqué par exemple pour les 100 000 personnes mal nourries sur Terre ou pour certaines qui se nourrissent directement de ce qu’elles font pousser ou des animaux qu’elles élèvent/pêchent.

La plus grosse part de ce travail doit donc être faite par celles et ceux qui en ont les moyens, à commencer par les pays à hauts revenus qui ont des alternatives + certains pays en développement qui consomment déjà énormément de viande (par exemple en Amérique du Sud).

Bonus : c’est aussi meilleur pour la santé !

Alors, prêt·e à franchir le pas ?
  • Déjà fait 😎
  • Transition en cours 😇
  • Euh bof non 😨

···················



🔍 Dico

Pays à hauts revenus : C’est une classification de la Banque Mondiale pour parler des pays les plus riches, ceux qui ont le plus d’argent si on le rapporte à leur population.

Gaz à effet de serre : Gaz qui absorbent le rayonnement du soleil et les réémettent dans l’atmosphère → ce qui crée l’effet de serre et donc le réchauffement de la planète.

Puits de carbone : Réservoir qui stocke, par un mécanisme naturel ou artificiel, le carbone atmosphérique.


👀 Sources

Interviews de Pete Smith (co-auteur de rapports du GIEC), Paul Berhens (chercheur spécialiste du changement climatique) et ​​Detlef Van Vuuren (chercheur à la PBL Netherlands Environmental Assessment Agency)
Rapport spécial du GIEC sur le changement climatique et les terres émergées
6e rapport du GIEC sur la limitation du changement climatique
Climate benefits of changing Diets - PBL
Rapid global phaseout of animal agriculture has the potential to stabilize greenhouse gas levels for 30 years - Plos Climate
Dietary change in high income nations alone can lead to substantial double climate dividend - Nature Food
FAO

À lire aussi sur NOWU 🙌

author image
Esther Meunier
À la recherche de bonnes nouvelles