SOLUTION 🚀 Protéger 30% de la nature, c'est vraiment utile ?

5 min
Esther Meunier
La Terre est en train de vivre sa :
  • 2e extinction de masse
  • 6e extinction de masse
  • 10e extinction de masse

Pour la ralentir, voire même l’inverser, un paquet de gens se creusent la tête et négocient un accord international qui devrait être conclu cet été. Parmi les solutions envisagées, il y a l’objectif 30 x 30.


De quoi on parle ?

Le but , c’est de protéger au moins 30% des terres, océans, etc. d’ici 2030. Ça reviendrait à peu près à doubler la surface des aires protégées actuelles. L’idée : que la nature puisse disposer d’espaces où se développer sans être menacée par les activités humaines.

C’est une solution défendue par beaucoup d’ONG de la « conservation de la nature », par exemple le WWF, avec le logo panda 🐼 Il y a aussi des pays (dont la France) qui veulent défendre cet objectif mondial, ou encore l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

A priori c’est un programme simple, basique, efficace.


C’est vraiment une bonne idée ?

Le truc, c’est qu’il y a quelques voix qui s’élèvent pour dire que c’est pas l’idée du siècle.

Les aires protégées… elles sont vraiment protégées ?

En théorie, les aires protégées sont classées en 6 catégories plus ou moins strictes par l'UICN : il y a en où personne n’a le droit d’entrer, d’autres où on peut faire du tourisme, et une où on peut prélever « durablement » des ressources.

En pratique, c’est un peu plus compliqué. Aujourd’hui, il y a beaucoup d’endroits où il y a du braconnage, de l’orpaillage* illégal, des industries minière, agricole ou de la pêche par exemple qui exploitent les ressources. Parce qu’en fait, c’est hyper dur d’avoir des yeux partout (surtout quand il n’y a pas de moyens financiers et humains).

Ça fait dire à des observateurs (ONG par exemple) que ce serait déjà bien de vraiment protéger les espaces qui sont déjà censés l’être, plutôt que de créer de nouvelles « réserves naturelles en papier », qui n’existent que sur la carte mais ne sont pas protégées en réalité 👻

Et quand elles fonctionnent, il y a des problèmes de droits humains

Jusqu’ici, quand des aires protégées « vraiment protégées » ont été mises en place, ça a régulièrement généré des déplacements forcés de population qui vivaient dans ces espaces et des violences que beaucoup de groupes de défense des droits humains (comme Survival International) dénoncent. En gros, des gens qui vivent sur ces territoires depuis toujours sont parfois expulsés pour créer des sanctuaires de biodiversité.

Mais en fait, cette idée de nature vierge de toute présence humaine, complètement sauvage, c’est un mythe ! Les humains vivent partout, et certaines populations ont contribué à façonner des paysages qui sont parmi les plus riches en biodiversité, notamment les peuples autochtones*.

D’après plusieurs personnes interviewées pour cet article (scientifiques, membres d’ONG de la conservation), les droits humains sont de plus en plus pris en compte dans les négo (même s’il y a encore du chemin à faire). Il y a quelques garanties qui devraient être intégrées :

  • L’objectif 30 x 30 doit inclure les mots « équitables et efficaces » pour que les aires protégées soient… eh bien équitables pour les communautés locales et efficaces pour la biodiversité 🤷‍♀️
  • Des défenseurs des peuples autochtones demandent aussi que la création de nouvelles aires soit conditionnée à leur consentement libre, informé et préalable 🤝
  • Les financeurs de ces aires demandent des garanties aux orgas qui gèrent les aires protégées depuis les scandales cités plus hauts ☝️

Mais ça laisse Survival International assez sceptique car les droits des peuples autochtones sont déjà censés être protégés par le droit international, et ça n’a pas empêché les violations de droits humains jusqu’ici, qui peuvent aller jusqu’au meurtre…


Comment faire pour vraiment protéger la biodiversité, sans violer les droits humains (question à 100 000€) ?

Pour Survival International, la meilleure manière de protéger la biodiversité et l’environnement c’est de reconnaître les droits territoriaux des peuples autochtones qui vivent sur ces terres depuis des générations et qui contribuent déjà à les préserver.

Les territoires des peuples autochtones abritent aujourd’hui :
  • 20% de la biodiversité restante
  • 50% de la biodiversité restante
  • 80% de la biodiversité restante

L’important, c’est que ces peuples soient soutenus (par des lois qui protègent leurs droits, des moyens financiers et techniques) pour faire face aux grosses industries minières ou agricoles qui ne respectent pas forcément les règles et viennent tenter d’exploiter leurs territoires (en abîmant la nature au passage).


Concrètement on fait comment ?

Des solutions concrètes pourraient donc être plus utiles :

  • Créer des concessions communautaires (cartographier et donner des droits exclusifs aux peuples autochtone sur leurs terres) comme c’est le cas au Congo par exemple
  • Favoriser les modèles « semi-naturels » partout dans le monde et pas seulement en Europe : il existe en France des aires protégées où les éleveur·euses peuvent laisser leurs vaches ou moutons paître dans la nature, alors qu’en parallèle, 150 000 Masaï sont menacés de devoir quitter les terres où ils laissent paître leur bétail en Tanzanie !
  • Développer une nouvelle catégorie d’espace protégé : les « Autres mesures de conservation efficaces par zone » (à tes souhaits), aka tous les territoires dont la première mission n’est pas de protéger la biodiversité, mais qui y contribuent quand même → les terres des peuples autochtones pourraient rentrer dans cette catégorie


Protéger 30% des terres, ça suffit pas :(

Dernière petite chose : pas mal d’expert·es sont d’accord pour dire que protéger 30% de la Terre, ça ne pourra pas suffire, ou ça ne sera pas forcément le plus efficace. Il faut aussi mettre en place des mesures pour les 70% de terres restantes !

Ces 30% toi, ça te semble comment ?
  • C’est déjà ça
  • Euh bof
  • Ça marchera jamais
Comment convaincre n’importe qui que la biodiversité est en danger ?

····················



🔍 Dico

Orpaillage : Recherche et extraction d’or.

Peuples autochtones : Comme ils sont très divers, c’est difficile de les définir en peu de mots, mais quelques caractéristiques ont été retenues, comme : le fait qu’ils s’identifient comme tels, qu’ils étaient présents sur des terres avant leur colonisation ou l’établissement des frontières actuelles, qu’ils s’organisent au moins en partie à travers leurs propres règles, etc. Exemples : les Inuits, Samis, Ka’linas, et beaucoup d’autres !

Artificialisation des sols : Transformer un sol naturel, agricole ou forestier en construisant dessus des habitats, commerces, routes, etc. qui impermabilisent les sols.

👀 Sources

Marine Gauthier, chercheuse-doctorante au sein de l’Institut des Hautes Études Internationales et de Développement
Helen Tugendhal, coordinatrice du programme Forest Peoples
Martin Léna, chargé de plaidoyer à Survival International
Nick Salafsky, directeur de Foundations of success
Guido Broekhoven, directeur Recherches et développement politique à WWF International
Survival International, « Les 30x30 et les Solutions fondées sur la Nature : la nouvelle règle coloniale verte »
Coalition pour la Haute Ambition pour la Nature et les Peuples
IUCN, Protected Area Categories
IUCN, Reconnaissance et signalement des autres mesures de conservation efficaces par zone
UNEP, Indigenous people, the unsung heroes of conservation
Biorxiv, Biodiversity on Indigenous lands equals that in protected areas

Esther Meunier
À la recherche de bonnes nouvelles