Accueil
3 min

Poisson VS plastique : à la fin, il n’en restera qu’un

En 2050, dans l’océan, il y aura plus de :
  • Poissons 🐟
  • Plastiques 🍬



····················

🥜 En bref

  • « C’est délicat de dire avec exactitude combien de poissons et de plastiques se trouvent dans l’océan », rappelle Diane Beaumenay-Joannet, chargée de mission chez Surfrider. Il faut donc manier ces chiffres avec prudence. Mais aucun débat sur le fait qu’il y a beaucoup trop de plastique dans la mer.

  • C’est la déprime ? Accroche-toi, parce que ça pourrait même être pire 🥲 Les conclusions du rapport ont été calculées en se basant sur un rejet de 9 millions de tonnes de déchets plastiques/an dans les océans (avec une hausse de 5% d’ici 2025). Aujourd’hui on tourne plutôt autour de 11 millions de tonnes/an… et ça pourrait monter à plus de 30 millions de tonnes/an d’ici 2040. Soit quasiment 1 tonne de déchets par seconde !

  • À quoi ressemble cette pollution ? Elle est à la fois visible et invisible. Elle comprend aussi bien des « gros » déchets (bouteille, pot de yaourt, brosse à dent…) que des micro-plastiques (= particules inférieures à 5 millimètres). La quantité de ces minuscules bouts de plastique a même été récemment revue à la hausse : il y en aurait entre 82 000 et 578 000 tonnes dans l’océan (l’équivalent d’entre 550 et 3850 baleines bleues 🐳). Une chose est sûre pour Diane Beaumenay-Joannet : « aucune zone n’est épargnée par cette pollution ». Ambiance.

  • Le plastique n’est pas biodégradable*. Une fois dans l’océan, il ne disparaît pas par magie. Il se décompose en morceaux de plus en plus petits, qui sont ensuite avalés par les animaux marins (tortues, poissons, oiseaux de mer…). Certains se retrouvent aussi pris au piège par les emballages. Et comme karma is a bitch, cette pollution se retourne contre nous → Un humain se retrouve à « manger » du plastique via son alimentation.

🧐 On fait quoi ?

  • Nettoyer les océans, même si c’est plus facile à dire qu’à faire. Tout plein de projets se sont donné pour mission d’enlever le plastique marin : Ocean Cleanup du jeune Néerlandais Boyan Slat, les Français de Plastic Odyssey, Sea Cleaners d’Yvan Bourgnon…
  • Arrêter la pollution en amont, parce que sinon nettoyer ne servira pas à grand-chose.

👉 Les produits plastiques à usage unique* représentent « 65% des déchets retrouvés sur les plages », précise Diane Beaumenay-Joannet. L’Union Européenne a donc décidé l’interdiction progressive des produits pour lesquels il existe des alternatives. Pailles, coton-tiges, vaisselle jetable… ne peuvent plus être commercialisés depuis le 3 juillet 2021 en Europe.

👉 « Il faudrait interdire, ou à minima réguler la production plastique chez les industriels », poursuit Diane. Ça ne concerne pas que les emballages. « Énormément de produits du quotidien contiennent du micro-plastique », comme le maquillage, les médicaments, la peinture…

Tu savais ?
  • Oui 🥲
  • Non 😳

Alors oui le changement « ne pourra pas se faire du jour au lendemain » → C’est pour ça qu’il faut en parallèle développer la recherche pour trouver des alternatives réutilisables au plastique, et favoriser son réemploi.

👉 Tu peux aussi agir à ton échelle ! Surfrider a développé une appli qui lance des défis quotidiens pour réduire ta conso plastique. Tu peux aussi utiliser l’appli Fish & Click de l’Ifremer pour signaler des déchets que tu repères sur les plages ou en mer. Et si tu vis pas très loin de la mer, n’hésite pas à participer à des opérations de nettoyage (beach cleanup) ! Plus d’infos ici et ici.

····················



🔍 Dico

Biodégradable : Matière qui peut être décomposée naturellement par des micro-organismes.

Plastique à usage unique : Produit qui ne peut être utilisé qu’une seule fois avant d’être jeté.


👀 Sources

Forum économique mondial
Surfrider
Nature
UNEP
Parlement européen
Commission Européenne

À lire aussi sur NOWU 🙌

author image
Pauline Vallée
Voisine de Totoro