Accueil
6 min

On a testé… comparer les raclettes classique, végé et vegan

Ton rapport perso à la raclette :
  • J’en mange même en été (no shame)
  • J’aime bien ça va
  • Eurk

Le fromage fondu, c’est (un peu) la vie. La preuve, c’est même une aspiration de vie dans Les Sims. Avec le retour du froid, chez NOWU on s’est posé LA question ultime : quelle raclette faut-il choisir quand on est écolo et fin gourmet ☕

Et pour pas te répondre n’importe quoi, on a vu les choses en grand : 1 soirée dédiée, 3 types de raclettes, 5 critères de notation (avec deux points par critère) → chaque raclette a reçu sa note sur 10 !

Ce qu’on a goûté

La version classique : du fromage à raclette (de deux marques différentes), des pommes de terre, de la charcuterie, des cornichons

La version végé : du fromage à raclette, des pommes de terre, de la patate douce, de la courge butternut, de la charcuterie vegan, des cornichons

La version vegan : du fromage à raclette vegan (des marques New Roots et Violife), des pommes de terre, de la patate douce, de la courge butternut, de la charcuterie vegan (des marques HappyVore, Wheaty…), des cornichons

Le verdict

Raclette classique

  • Prix : La charcuterie tournait autour de 8€/kg, le fromage (classique, sous vide, déso on avait pas de marché de producteur à côté pour acheter de la raclette fermière) autour de 13€/kg.
    Note : 2/2
  • Facilité à trouver : Utra-simple, on retrouve les ingrédients dans n’importe quel supermarché.
    Note : 2/2
  • Goût / odeur : Chaud, gras, salé (un peu trop d’ailleurs, ça lui coûte quelques dixièmes de points), bref réconfortant +++. Niveau odeur, le juste milieu entre le fléau et la bénédiction.
    Note : 1,5/2
  • Texture : Crémeuse, le fromage fond rapidement.
    Note : 2/2
  • Impact environnemental : Pas terrible, déjà pour la charcuterie (on t’explique l’impact environnemental de la viande ici), mais aussi pour le fromage (qui a un impact carbone moyen supérieur à celui du poulet ou du porc selon cette étude de Carbon Brief).
    Note : 0/2

Note finale : 7,5/10

Raclette végé

  • Prix : Le fromage est le même que celui de la version classique (autour de 13€/kg), les légumes coûtent pas grand-chose (2€ la courge, 1€ le kilo de patate, 3€ la patate douce), la charcuterie vegan tourne autour de 8€/kg.
    Note : 2/2
  • Facilité à trouver : Tout dépend de si tu choisis l’option « fausse viande » ou pas. Si non aucun souci, si oui c’est un peu plus galère que pour trouver de la charcuterie classique.
    Note : 1,5/2
  • Goût / odeur : Niveau fromage, rien ne change. Niveau accompagnements, le salami vegan est plutôt bon (même si pas 100% similaire à du « vrai » salami). Les autres charcuteries sont plus inégales (une est même carrément ignoble). Les légumes se marient bien avec le fromage.
    Note : 1,5/2
  • Texture : Crémeuse, le fromage fond rapidement.
    Note : 2/2
  • Impact environnemental : Un peu mieux que la raclette classique (grâce à l’absence de charcuterie carnée), mais le fromage tire toujours la note vers le bas. Les légumes sont bio donc on part du principe que leur impact est quasi nul 🙏
    Note : 1/2

Note finale : 8/10

Raclette vegan

  • Prix : Charcuterie vegan et légumes de la raclette précédente, la nouvelle variable est le fromage vegan, dont le prix varie beaucoup en fonction des marques → de 13,50€/kg (similaire au fromage à raclette classique) jusqu’à 36€/kg (quasi 3x plus cher).
    Note : 1/2
  • Facilité à trouver : Compliqué. Le fromage à raclette vegan ne se trouve qu’en magasin spécialisé (et on va pas se mentir, si rien qu’à Paris faut faire 20 minutes de transport pour le dénicher, ailleurs en France ça risque d’être encore moins accessible).
    Note : 0,5/2
  • Goût / odeur : Bonne surprise pour l’ensemble de la tablée ! Belle performance de la marque News Roots (qui a bien un goût de fromage et une odeur de fromage fondu, même si c’est pas 100 % similaire à du fromage à raclette fondu car un peu moins parfumé), comparé à la marque Violife (texture beaucoup plus collante et goût plus proche du cheddar de burger).
    Note : 1/2
  • Texture : Le fromage met plus de temps à fondre, mais une fois cuit, sa texture se rapproche beaucoup du « vrai » fromage à raclette. Même s’il glisse pas aussi facilement hors du poêlon, en tous cas le sentiment de manger un truc bien gras est là.
    Note : 1,5/2
  • Impact environnemental : Ah, là on parle. Quand on enlève l’impact environnemental de la charcuterie et du fromage, il reste peanuts niveau émissions de CO2 par rapport aux autres versions.
    Note : 2/2

Note finale : 6/10

Retours d’expérience

Tête du journaliste Nicolas

Ton coup de cœur de la dégustation : Clairement le fromage vegan ! Et pourtant j’habite à côté de la Savoie, alors le fromage ça me connaît ! Mais cette texture fondante, onctueuse et crémeuse était vraiment super agréable en bouche. Bon, s’il fallait chipoter je dirai que ça n’a pas tout à fait le même goût que le vrai fromage à raclette mais ça fait parfaitement le taff si tu veux continuer à en manger tout en réduisant ton empreinte carbone !

Le flop de la soirée : La charcuterie végan, c’est non.

La morale de l’histoire : Pas la peine de vouloir reproduire la raclette traditionnelle à tout prix. Tu peux très bien remplacer le fromage par du bleu du Vercors et la charcuterie par une ribambelle de légumes vapeur (brocolis, courge, chou-fleur, champignons etc) Tant qu’il y a du fromage fondu et que tu te casses le bide avec, tu restes dans le thème !

Tête de la journaliste Esther

Coup de cœur de la dégustation : Pour avoir déjà testé d’autres fromages à raclette vegan, je suis hyper satisfaite des nouvelles offres et de voir que ça s’améliore sans arrêt, qu’on va vers des produits qui font de plus en plus « vrai » ! Et dans le même genre, gg aussi le faux salami qui se rapprochait quand même pas mal de la viande pour moi qui suis végé depuis longtemps, c’est pas un truc que je mangerais toutes les semaines (parce qu’on peut être végé sans « fausse » viande) mais 1 fois de temps en temps je dis pas non !

Le flop de la soirée : Justement pour rester sur les simili : l’une des sortes de charcuterie était caoutchouteuse et sans goût, franchement je comprends même pas qu’on commercialise ce genre de truc, ça nuit à la cause (en témoigne la tête de mes chers collègues et la mienne).

La morale de l’histoire : J’envisage sérieusement de faire des mix tradi/vegan de plus en plus souvent !

Tête de la journaliste Pauline

Ton coup de cœur de la dégustation : Le fromage vegan News Roots. Je m’attendais clairement pas à ce que la texture soit autant similaire à celle du « vrai » fromage fondu. Le goût n'était pas à 100% celui d’un fromage à raclette classique, c’était plus doux, mais au final c’est pas gênant voire meilleur, car beaucoup moins salé.

Le flop de la soirée : L’autre marque de fromage vegan pour le coup, c’était la cata. Le résultat était ultra collant (Mercotte aurait dit « pouf pouf »). Comme quoi, d’une marque à l’autre, la raclette vegan peut être très inégale.

La morale de l’histoire : Je resterai sur un fromage à raclette classique je pense, mais je ramènerai un paquet de la bonne marque vegan de temps en temps pour faire goûter aux autres. Et pour les prochaines je ferai plus du 50/50 charcuterie/légumes.

smiley
Et toi, tu préfères quoi entre ces 3 versions de raclette ?
On a aussi testé... ramasser tous les déchets qu'on croise pendant un week-end

author image
Esther Meunier
À la recherche de bonnes nouvelles
author image
Nicolas Quénard
The Lizard King
author image
Pauline Vallée
Voisine de Totoro