Accueil
6 min

Manger du soja, c’est mauvais pour la planète ?

Avant de lire cet article, tu penses que…
  • Manger du soja, c’est mauvais pour la planète
  • Manger du soja, c’est pas si mauvais
  • En fait c’est un peu plus compliqué que ça

C’est un argument que beaucoup de végétarien·nes et de vegan ont déjà entendu : le soja serait mauvais pour la planète, donc ça serait pas une si bonne chose d’être veggie si c’est pour aller chercher ses protéines dans des produits à base de… eh bien de soja, comme le tofu, le miso ou certains laits végétaux.

Alors idée reçue ou vrai problème ? On fait le point 👇

Pourquoi le soja est un problème ?

La déforestation

La principale raison pour laquelle le soja est pointé du doigt, c’est parce qu’il contribue à la déforestation (surtout en Amérique du Sud).

Qui produit le plus de soja ?
  • Les États-Unis, le Brésil et l’Argentine
  • Le Mexique, le Venezuela et le Chili
  • Le Canada, la Bolivie et l’Equateur

« On produit aussi du soja en France et en Europe, mais très peu par rapport à la quantité qu’on consomme vraiment » explique Clara Jamart, de Greenpeace.

Le truc, c’est que la demande en soja ne cesse d’augmenter. Il faut toujours plus de terres pour en faire pousser, et donc… transformer de plus en plus d’espaces naturels en cultures de soja. C’est ce qui se passe au Brésil, mais aussi en Argentine et au Paraguay depuis les années 1980 ☹️

Clara Jamart cite 3 écosystèmes qui en ont beaucoup souffert :

  • L’Amazonie, a priori tu connais, c’est la plus grande forêt tropicale au monde
  • Le Pantanal, la plus grande zone humide du monde, qui joue un rôle essentiel pour les écosystèmes d’Amérique du sud
  • Le Cerrado, une sorte de savane arborée (23% de la surface du Brésil) qui est très riche en biodiversité et stocke aussi énormément de carbone dans le sol grâce à son réseau de racines
Le Cerrado a perdu 50% de sa végétation naturelle alors que…
  • 2% de sa surface est consacrée au soja
  • 10% de sa surface est consacrée au soja
  • 20% de sa surface est consacrée au soja

Donc oui, le soja consommé en Europe participe à la déforestation. D’ailleurs, « le soja c’est le principal impact qu’on ait nous, en tant qu’Européen·nes, sur la déforestation » explique Klervi Le Guenic, de l’association Canopée qui travaille sur le sujet. D’après elle, 60% des importations européennes qui contribuent à la déforestation sont liées à la culture du soja (oui oui, l’huile de palme arrive seulement en 2e position).

Maaaais ce n’est pas tout 🤷‍♀️

La pollution

D’après Clara Jamart, il y a aussi de très forts impacts en termes de pollution → sur la santé et la biodiversité :

« La quasi-totalité du soja cultivé en Amérique du Sud est OGM*, il a été rendu résistant aux pesticides, qui sont utilisés très largement dans ces cultures. »

Alors bien sûr, c’est pas dingue pour les écosystèmes autour ou les gens qui travaillent dans ces cultures ou les côtoient… ☠️

Les droits des peuples autochtones

Cette expansion des pratiques agricoles a aussi un impact très fort sur les populations autochtones, qui dépendent des espaces naturels menacés par les cultures et sont aussi de plus en plus victimes de violences lorsqu’elles les défendent.

Les invasions illégales des terres autochtones ont augmenté de 141% depuis 2018 selon le dernier rapport de la Coalition solidarité Brésil : il y en a eu plus de 500 depuis cette date, et près de 700 incendies ont été répertoriés rien qu’en 2019-2020 (sachant que les incendies sont une technique privilégiée pour pouvoir utiliser les terres pour des pratiques agricoles par la suite).

Par ailleurs, pas moins de 430 personnes ont été assassinées au Brésil au cours des trois dernières années parce qu’elles défendaient leurs terres, toujours selon le même rapport.

Le soja importé sert à quoi ?

Ok donc le soja importé a des conséquences graves sur la planète… Mais concrètement, est-ce qu’en mangeant du tofu tu es responsable ? 🧐

Graphique qui montre la part du soja qui sert à nourrir le bétail : 50% sert à nourrir la volaille, 24% les porcs.

Eh bien en fait c’est un peu plus compliqué que ça → presque 90% du soja importé en Europe sert à nourrir du bétail d’après le rapport de Greenpeace « Mordus de viande » paru en 2019. Principalement pour nourrir les volailles et les porcs.

Graphique qui montre l'utilisation finale du soja importé en Europe : 87,4% est dédié à l'alimentation animale.

« On leur donne des tourteaux de soja, une sorte de poudre qui ressemble un peu à de la semoule, et qui est utilisée dans la fabrication de la nourriture animale pour engraisser les animaux. Et ce sont ces animaux qui ensuite se retrouvent dans les supermarchés et les fast-foods » explique Clara.

Et les produits à base de soja comme le tofu qu’on trouve en France alors ? Eh ben même si 7% du soja importé est à destination de la consommation humaine, d’après Clara le risque est assez minime : « Les industriels proposant des produits à base de soja pour le consommateur français sont très précautionneux pour assurer un produit sans risque (il y a des labels de type Origine sûre, Non OGM, Non déforestation, Bio, etc). » ✨

Elle confirme qu’aucune étude de référence n'existe. Mais Greenpeace a mené l’enquête sur le sujet et estime que le soja utilisé en France pour l’alimentation humaine est (au minimum) dans les ⅔ des cas du soja français, et dans ¼ des cas du soja bio toutes origines confondues. Aucun cas d’importation depuis l’Amérique du Sud n’a été directement identifié par l’ONG pour les produits contenant à majorité du soja.

« Dire que les végétarien·nes détruisent l’Amazonie c’est donc une idée reçue, en fait c’est exactement l’inverse » conclut Klervi ☝️

Réduire l’impact environnemental du soja : y a des solutions ?

Au niveau individuel

À l’échelle de la société

  • L’Union Européenne vient d'adopter une réglementation contre la déforestation importée (donc contre le fait d’importer du soja qui a contribué à la déforestation au Brésil par exemple). Le but est d’interdire tout simplement ce type de produits sur le sol européen (on t’en parlait ici et sur Instagram aussi).
  • L’un des principaux problèmes pointés par Clara et Klervi, c’est le système agricole industriel, qui conduit les agriculteur·ices à importer du soja pour produire massivement des produits animaux → Pourtant avec la Politique Agricole Commune, l’Union Européenne pourrait décider de favoriser des pratiques agro-écologiques et inciter à la baisse de la production et de la consommation de viande par exemple 🌱
  • Une équipe de recherche de l’INRAE a aussi publié une étude selon laquelle il serait tout à fait possible de cultiver davantage de soja en Europe, même si cela impliquerait de supprimer d’autres types de production. Encore une fois, des choix politiques peuvent permettre d’identifier quelles productions pourraient être remplacées et par quoi !
Il se passerait quoi si tout le monde devenait vegan ?

OGM : Organisme Génétiquement Modifié, par exemple une plante qu’on modifie un peu pour la rendre plus résistante à des maladies ou produits.

Interview de Clara Jamart, directrice des campagnes Agriculture & Alimentation et Forêts chez Greenpeace France
Interview de Klervi Le Guenic, membre de l’association Canopée
Interview de Nicolas Guilpart, chercheur à AgroParisTech et David Makowski, directeur de recherche dans l’unité MIA à INRAE
AFD, IDDRI, Canopée - Déforestation associée à l’importation de soja sur les marchés français et européens
Greenpeace - Élections au Brésil : zoom sur la situation en Amazonie, dans le Cerrado et le Pantanal
Greenpeace - Rapport Mordus de viande
Coalition Solidarité Brésil - Baromètre d’alerte sur le situation des droits humains au Brésil
INRAE - Un climat compatible avec l’autosuffisance du continent européen

author image
Esther Meunier
À la recherche de bonnes nouvelles