Un jeune sur fait du BMX
5 min

Les trucs les plus efficaces pour réduire son empreinte carbone

Niveau éco-gestes, t’es plutôt :
  • À fond, faut faire sa part ! 🤠
  • Moyen bof, mais j’ai quelques bonnes habitudes 🤓
  • Pas motivé, pas l’impression que ça serve vraiment ! 🙄

Toutes ces réactions sont légitimes : pas facile de s’y mettre quand on a l’impression que c’est une goutte d’eau dans l’océan. Et en même temps, difficile de rester les bras croisés !

Le cabinet Carbone 4 a publié un rapport sur le fait de « Faire sa part » :

  • Il y est bien rappelé que tous ces choix sont contraints par le système dans lequel on vit et qui doit donc évoluer aussi.
  • Il y est dit aussi qu’en agissant, on peut quand même réduire de 5 à 25% son empreinte carbone ! L’individu et le système politique et économique, c’est donc complémentaire.

Mais alors quitte à se bouger, comment savoir ce qui aura le plus d’impact ? Une équipe de recherche britannique du CREDS s’est penchée sur la question en analysant près de 7000 études sur le sujet, et voilà des pistes d’actions tirées de leurs résultats.


Agir au niveau des transports

D’après l’équipe du CREDS, l’un des trucs les plus utiles pour faire baisser son empreinte carbone est de réduire les voyages en avion :

Un voyage en moins, c’est en moyenne 0,6 à 1,7 tonnes de CO2 en moins par personne 👏 Sachant qu’actuellement on est à 11 tonnes par an et par personne, et que d’ici 2050 il faudrait être à 2 tonnes (pour respecter les objectifs de l’Accord de Paris) !

Pour les vols long-courrier c’est entre 0,7 et 4,5 Tonnes de CO2 économisés, et pour les courts entre 0,2 et 1,5 Tonnes.

Mais pour ce qui est des déplacements quotidiens en voiture, ce qui aurait le plus d’impact, c’est :

  • Assez accessible : éviter les SUV
  • Nécessite plus d’argent : privilégier des véhicules électriques
  • Pas toujours facile selon où on vit : se passer complètement de la voiture

Pas toujours possible ou accessible financièrement, mais ça donne à réfléchir…

Faire le premier pas vers des déplacements 0 carbone selon la situation :

  • Aller chercher le pain à pied
  • Privilégier la ligne de bus locale pour aller dans la grande ville la plus proche
  • Troquer son scooter pour un vélo


Agir au niveau de l’alimentation

Côté repas, l’action la plus efficace, c’est :
  • Réduire le gaspillage alimentaire
  • Manger de saison et local
  • Passer au régime végétarien ou vegan

Pas toujours évident de faire des changements stricts, mais prendre une galette falafel à la place d’un kebab, privilégier les viandes moins polluantes comme la volaille par rapport au bœuf, ou faire appel à une AMAP* pour avoir des légumes locaux et de saison, c’est un début 💪


Agir au niveau du logement

Rénover, bien isoler, investir dans une pompe à chaleur… Ces travaux font partie des choses les plus efficaces pour réduire son impact sur l’environnement. Mais quand on est jeune et qu’on n’a pas encore son propre chez soi, ou qu’on n’est pas proprio, on ne maîtrise pas tout niveau logement !

ll y a quand même quelques trucs qui peuvent faire la diff ! Par exemple :

Chacune de ces 3 options peut contribuer à économiser jusqu’à 1 tonne de CO2 par personne !

Autres bons réflexes :

  • Installer du double vitrage
  • Améliorer l'isolation
  • Installer une pompe à chaleur
  • Chauffer modérément les pièces
  • Utiliser des ampoules LED
  • Choisir du mobilier de seconde main et/ou qui se répare
Objectif limiter le changement climatique en 3 ans : on commence par quoi ?

🔍 Dico

Véganisme : Mode de vie qui exclut autant que possible la consommation de produits d’origine animale (viande, produits laitiers, œufs…).

AMAP : Association Pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne, qui établit un lien entre une ferme locale et des consommateurs.

Pompe à chaleur : Appareil qui permet de transférer de la chaleur provenant d'un milieu froid vers un lieu à chauffer.


👀 Sources

CREDS - Quantifying the potential for climate change mitigation of consumption options
Carbone 4 - Faire sa part ? Pouvoir et responsabilité des individus, des entreprises et de l'état face à l’urgence climatique
World Inequality Lab

author image
Esther Meunier
À la recherche de bonnes nouvelles