Faut-il arrêter d’extraire les énergies fossiles du sol ?

5 min
Esther Meunier

Les énergies fossiles, c’est quoi ?

« Énergies fossiles », c’est l’expression qu’on utilise pour décrire différentes matières qui viennent de la décomposition de végétaux et d’animaux morts il y a des millions d’années (🤢).

Elles sont ensevelies dans le sol et se transforment en charbon, gaz ou pétrole qui contiennent énormément de carbone, sous l’effet de la tectonique des plaques et de la chaleur (pour schématiser).

En les brûlant (pour les transports, l’industrie, le chauffage ou encore la production d’électricité), du carbone est relâché dans l’atmosphère, ce qui contribue à l’effet de serre* et donc au changement climatique !

Depuis 1992 les émissions des énergies fossiles ont augmenté de :
  • 30%
  • 60%
  • 90%

En 2020, les émissions produites par ces énergies fossiles ont baissé à cause du ralentissement des activités dû au COVID-19 :

  • Mais elles étaient quand même 50% plus élevées qu’au début de la révolution industrielle (1850-1900, à la louche).
  • Et elles devraient rebondir de presque 5% en 2021.


Quelle proportion des énergies fossiles doivent rester dans le sol ?

Le but international que fixe l’Accord de Paris, c’est de limiter la hausse de la température globale de la Terre à +2°C maximum et de faire tout ce qu’on peut pour rester sous les +1,5°C → histoire d’éviter les pires effets du changement climatique.

Et c’est tout bête : pour ça, de nombreuses recherches disent qu’il faut cesser d’extraire les énergies fossiles du sol et de les brûler.

Pour éviter de dépasser les +1,5°C, il faudrait renoncer à utiliser :
  • 58% du pétrole
  • 59% du gaz naturel
  • 89% du charbon

L’Agence Internationale de l’Énergie (AIE aka l’agence internationale qui tente de coordonner les politiques énergétiques des pays) a aussi publié un rapport sur le sujet : elle a établi une sorte de calendrier des mesures à prendre pour atteindre l’objectif de zéro émission nette de CO2 en 2050 et ainsi limiter la hausse des températures à +1,5°C.

Et l’une des infos principales, c’est : « à partir de 2021, pas de nouvelles explorations et exploitations pour du pétrole ou du gaz, pas de nouvelles mines ou d'expansion de celles qui existent ».

En gros : les réserves qu’on a sont suffisantes pour la transition vers les énergies « propres » que l’agence a imaginée !

Part des ressources fossiles dans la production d’énergie : 80% aujourd’hui, 20% en 2050.



·····················

🧐 On fait quoi ?

Bien sûr, un tel plan ne peut pas être exécuté du jour au lendemain. Voilà les principales étapes identifiées par l’AIE :

  • Déploiement massif des énergies renouvelables pour atteindre 90% de l’électricité produite en 2050 (le solaire et l’éolien représentant 70% du tout) ☀️
  • Ne vendre que des véhicules électriques à partir de 2035 et utiliser des biocarburants pour les avions 🌾
  • Rendre les bâtiments + efficaces en terme d’énergie et se chauffer grâce aux pompes à chaleur 🌡
  • Le peu de centrales électriques qui fonctionneront encore aux énergies fossiles devront inclure des technologies pour piéger le carbone 🗑

Pour atteindre ce « nouveau monde » il faudra :

  • Baisser la consommation d’énergie de 8% d’ici 2050 même si la population augmente.
  • Tripler l’investissement dans les énergies renouvelables d’ici 2030 (il faut 4 milliards de $).
  • Beaucoup de recherches car toutes les solutions envisagées par l’AIE n’existent pas encore (par exemple : on ne sait pas encore comment piéger le carbone artificiellement et les solutions naturelles sont insuffisantes).

·····················

Faut-il interdire la pub sur les énergies fossiles ?

🔍 Dico

Effet de serre : La Terre renvoie vers son atmosphère le rayonnement reçu du soleil → les gaz qui composent l’atmosphère captent et renvoient vers la Terre ces rayonnements, contribuant à réchauffer la Terre (comme le fait une serre dans un potager !).


👀 Sources

IEA Global Energy Review 2021
IEA Net Zero by 2050 Report
Nature - Unextractable fossil fuels in a 1.5 °C world

author image
Esther Meunier
À la recherche de bonnes nouvelles