Accueil
5 min

Et si on respectait ce qui est décidé pendant les COPs ?

Les COPs, ça te parle ?
  • Oui bien sûr 🤠
  • Je connais le mot 🙄
  • Pas vraiment 🤨


C'est quoi une COP climat ?

Pendant les COPs, les États négocient des solutions pour lutter notamment contre le changement climatique. Le but : sauver le monde (globalement) ! Mais comme il faut mettre tous les pays d’accord, les décisions qui y sont prises sont rarement très précises 🙄

Il y en a quand même une dont on entend beaucoup parlé depuis 2015 et la signature de l’Accord de Paris :

  • Les gouvernements se sont engagés à faire en sorte que le réchauffement climatique ne dépasse pas +1,5°C à +2°C en 2100 (par rapport à la période 1850-1900).
  • Pour respecter cette promesse, chaque pays doit mettre en place sa propre politique climatique, adaptée à ses contraintes.
  • Mission supplémentaire pour les pays les plus riches : comme historiquement (et aujourd’hui encore) ce sont eux qui contribuent le plus au dérèglement du climat (les pays du G20 représentent 80% des émissions mondiales), ils sont censés fournir une aide financière à ceux qui ont moins de moyens.

Le hic : d’après Kari de Pryck (chercheuse en sciences politiques qui travaille sur l’environnement), ce qui est décidé lors de ces COPs n’est pas vraiment respecté. Et d’ailleurs, l’ONU l’a confirmé en septembre 2021 🙈

« Quand on fait la somme de toutes les intentions des États, on n’arrive pas à rester sous les +1,5°C à +2°C pour l’instant, on est plutôt sur une trajectoire de +2,7°C. »

Côté finances, ça ne suit pas non plus : « Ils devaient investir 100 milliards de dollars par an jusqu’en 2020 pour la transition dans les pays en développement, mais on n’atteint pas du tout ce chiffre. »


La solution : réduire les émissions de gaz à effet de serre

Dire à quoi ressemblerait le monde s’il se mettait soudainement en marche pour rester sous les +2°C, ce n’est pas hyper facile. Mais Sophie Szopa (experte auprès du GIEC) est sûre d’une chose :

« Dans les scénarios compatibles avec l’Accord de Paris, il faut dès à présent, et particulièrement dans les 10 ans qui viennent, réduire les émissions de gaz à effet de serre de quelques pourcents par an, pour arriver à des émissions nulles. »
Sophie Szopa

D’après un rapport du GIEC (qui a fuité alors qu’il doit paraître en mars 2022 🤭) :

  • Les petits gestes sont utiles, mais seuls, ils ne sont pas suffisants
  • Des changements politiques et structurels sont nécessaires


Atteindre la neutralité carbone : concrètement, ça veut dire quoi ?

Des politiques climatiques, ok. Maintenant il faut savoir lesquelles. D’après Sophie Szopa « il n’y a pas une solution magique ». Il faut agir sur tous les secteurs à la fois. Si on regarde ce que dit le fameux rapport du GIEC qui a fuité, il y a plusieurs pistes :

  • D’abord, les énergies : les technologies bas carbone (= qui produisent peu d’émissions, comme l’éolien ou le solaire) devront fournir 90 à 100% de nos besoins d’ici 2050.
  • Ensuite, les transports : réorganiser les rues pour faire plus de place à la marche, au vélo, aux transports en commun, mais aussi favoriser les véhicules électriques et réduire le transport aérien. Il faudrait d’ailleurs poursuivre la recherche pour réduire les émissions de l’aviation et du transport de marchandise notamment.
  • La construction, et l’industrie au sens large devraient aussi évoluer : réduire le chauffage et la clim’ en isolant mieux les bâtiments, faire en sorte que les constructions produisent leur propre électricité par exemple avec des panneaux solaires, favoriser l’économie circulaire (= le fait de réutiliser les déchets d’une industrie pour produire autre chose).
  • L’alimentation est aussi un secteur clé : réorienter la production agricole pour favoriser les protéines végétales, notamment dans les régions où l’on consomme trop de produits animaux.
Un régime végétal, comparé au traditionnel régime occidental, c’est :
  • 25%
  • 50%


Absorber du carbone pour respecter les objectifs ?

Toutes ces solutions, c’est déjà pas mal, mais il reste un point très controversé et qui semble pourtant inévitable si on veut rester sous les 2°C de réchauffement… « piéger » le carbone.

« Réduire les émissions, ça ne va pas suffire, donc il va falloir retirer du carbone de notre atmosphère, par exemple en le stockant dans le sol ou les océans. »
Kari de Pryck

Le problème, c’est que si la nature est habituée à ça (par exemple les arbres sont des puits de carbone* naturels), pas les humains : « C’est un pari très risqué car rien ne nous dit que techniquement on pourra faire ça » d’après Sophie Szopa.

Pourtant, on dirait bien qu’il va falloir trouver, car dans son rapport, le GIEC dit bien que les puits de carbone sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone et doivent prendre leur part dans la majorité des scénarios qui permettent de limiter le réchauffement climatique à +1,5°C ou +2°C ✊



····················

🥜 En bref

Pour respecter les COPs et parvenir à rester sous les +1,5°C à +2°C de réchauffement, il faudrait changer beaucoup de choses dans la société (et rapidement !).

  • Sortir des énergies fossiles et compenser le peu d’émission carbone qui restent par des puits à carbone semble indispensable aux yeux des scientifiques.
  • Mais il faut aussi agir sur tous les autres secteurs : transports, habitat, agriculture, industrie...

Il y a du pain sur la planche, mais tout ça est encore faisable si on s’y met vite !

····················

On a 3 ans pour limiter le changement climatique : par quoi on commence ?

🔍 Dico

Puits de carbone : Un réservoir qui stocke, par un mécanisme naturel ou artificiel, le carbone atmosphérique.

👀 Sources

ONU - En l’absence de mesures ambitieuses, l'Accord de Paris sur le climat pourrait partir en fumée, selon Guterres
Scientist Rebellion
Interview de Sophie Szopa, chimiste et co-autrice du rapport du GIEC d’août 2021
Interview de Kari de Pryck, chercheuse en sciences politiques

author image
Esther Meunier
À la recherche de bonnes nouvelles