10 min

Est-ce qu’on peut vraiment nettoyer la planète ?

Fun fact : combien de déchets plastiques sont produits chaque année ?
  • 1 million de tonnes
  • 80 millions de tonnes
  • 400 millions de tonnes

Bien sûr, les déchets en plastique ne sont pas les seuls à poser problème, même s’ils sont particulièrement problématiques vu qu’on sait très mal les recycler.

Face à ces tonnes de déchets de tous types qui nuisent à la planète, pas mal de gens et d’organisations se bougent pour en ramasser un bout comme au World Clean Up Day (une journée d’action où chacun·e est encouragé·e à nettoyer) ou à bord du Plastic Odyssey (un bateau qui s’apprête à partir faire un tour du monde pour ramasser des déchets).

Mais concrètement est-ce que c’est efficace ? 🧐

Breaking news : nettoyer la planète, c’est mission impossible

Le truc avec les déchets, c’est qu’en s’égarant dans la nature ils se retrouvent PARTOUT. Et en particulier dans les rivières, puis les fleuves, pour finir dans les océans 🏊

Pas une mer, pas un coin de l’océan n’est épargné par ce fléau. Et ils ne se contentent pas de flotter à la surface : ils peuvent couler ou flotter dans la colonne d’eau.

En plus, ils se fragmentent sous l’effet de la chaleur et du soleil et finissent par former des microplastiques, impossibles à ramasser.

→ Résultat : impossible de filtrer l’intégralité de l’eau de la planète pour l’épurer de ses déchets !

Et même si on y parvenait… Il faudrait ensuite recommencer, parce que les déchets continuent d’être produits et de se perdre dans la nature 🎉

Par exemple : le projet The Ocean Cleanup (un projet qui a fait énormément parler de lui, une sorte de gros bateau qui devait nettoyer le continent plastique en ramassant ce qui flotte à l’aide d’un filet, pour schématiser) a réussi à ramasser plusieurs tonnes de déchets. Sauf que :

  • Les microplastiques et les déchets qui ne sont pas à la surface ne peuvent pas être ramassés
  • Le continent plastique continue d’être nourri par les courants, qui apportent sans cesse de nouveaux déchets… 😭
« C’est comme essayer de vider une baignoire dont le robinet coule toujours. Ça ne fonctionne pas. »
Diane Beaumenay-Joannet de l’ONG Surfrider

Ramasser les déchets, c’est contre-productif du coup ?

Dans certains cas, ça peut l’être selon Diane Beaumenay-Joannet.

Pour rester sur l’exemple de The Ocean Cleanup, que Surfrider a analysé, elle explique que, dans ses premières années d’existence, 40 millions de dollars avaient été récoltés pour financer cette initiative, sauf qu’elle s’avère ne pas être une solution si efficace. Ça fait beaucoup de sous 💰

« Pour moi, le problème c’est surtout qu’on investit beaucoup d’argent dans des projets qui font le buzz, alors qu’on pourrait investir cet argent dans la lutte contre la production de déchets à la base et couper le robinet, en gros », explique Diane.

Un autre problème avec l’idée qu’on pourrait nettoyer la planète en ramassant les déchets, c’est ce que ça envoie comme message au cerveau humain. D’après Diane, c’est un peu comme se dire que « c’est bon, on peut polluer vu qu’il y a un gros aspirateur qui va passer derrière ».

Alors ramasser les déchets, à quoi ça sert ?

Évidemment, tout ça ne veut pas dire que ramasser les déchets ne vaut pas le coup ! Ça peut même être utile et important pour plein de choses.

Dépolluer un lieu précis et permettre à la biodiversité de revenir

Pour Julien Wostnitza, fondateur de l’association Wings of the Ocean qui organise des dépollutions (des sessions de ramassage de déchets), il faut se mettre aux bonnes échelles :

« Si tu dis “je suis boulanger, je suis microscopique sur le marché du pain mondial” : oui, effectivement. Mais par contre c’est toi qui fournit toutes les baguettes pour ton quartier ! Donc par exemple nous on a dépollué l'étang de Berre : à l’échelle mondiale c’est rien, mais localement on a eu une action très forte. »

Et la biodiversité du lieu en a bénéficié (forcément, moins de plastique c’est toujours ça de pris pour les animaux 😍).

Éviter que les déchets arrivent à l’océan

Autre bienfait local, et pas des moindres : « certains dispositifs dans des ports peuvent être utiles, pour éviter que les déchets n’arrivent dans les océans où on ne peut plus les rattraper », explique Diane.

Sensibiliser à la pollution

Les ramassages de déchets permettent aussi de sensibiliser les participants et la population, ce qui permet de rendre ces actions plus efficaces sur la durée ☝️

« Ça fait pas tout parce que les habitants ne maîtrisent pas l’arrivée de tous les déchets : sur les côtes de Madère par exemple beaucoup viennent de l’océan, mais c’est déjà ça ! »

Wings of the Ocean intervient aussi dans des écoles, en misant sur le fait que les enfants reprennent leurs parents, et dans des entreprises : en parlant à ceux qui occupent le bord d’un fleuve, l’association espère les inciter à la vigilance, et réduire le flux de déchets qui arrive dans l’océan.

Participer à une opération de nettoyage de déchets, ça peut aussi être un premier pas vers l’engagement écolo, inciter à faire attention sur le reste de l’année. Bref : contribuer à une prise de conscience et à une action plus large 💪

Collecter des données pour agir à plus large échelle

L’ONG Surfrider organise aussi des dépollutions, mais dans le but d’analyser les déchets, pour établir d’où ils viennent et couper le robinet 🤞

En gros, on ramasse, on trie, et on voit quels sont les déchets les plus nombreux. Par exemple, ça permet de savoir qu’il est très important de sensibiliser les pêcheurs, parce que beaucoup de déchets dans l’océan sont en fait du matériel de pêche perdu ou abandonné !

En gros, l’important dans le nettoyage de la planète, c’est de le faire en gardant tout ça en tête : c’est pas une solution miracle, mais ça peut aider  🤷‍♀️

Pour qu’il y ait moins de déchets, il existe quand même des solutions :

  • À ton échelle tu peux passer au vrac par exemple.
  • À l’échelle de la société on pourrait aussi re-démocratiser les systèmes de consigne et convaincre les grosses industries de changer leurs pratiques niveau emballages et déchets qui se perdent !
  • Tu pourras trouver d’autres exemples d’alternatives aux déchets plastiques ici (même si c’est pas que les déchets plastiques qu’il faut réduire hein).
Bon, mais en fait, c’est quoi le problème avec le plastique ?

Sources

Surfrider - Qu’est-ce qu’on fait ?
Ulyces - The Ocean Cleanup a collecté 29 tonnes de déchets plastiques dans le Pacifique grâce à sa technologie

author image
Esther Meunier
À la recherche de bonnes nouvelles