Accueil
5 min

Des transports en commun gratuits, une bonne idée ?

Rendre les transports en commun gratuit : de quoi on parle ?

De rendre les transports en commun gratuits, pour tout le monde !

Le but → Encourager les gens à utiliser les bus, tramways ou métro... plutôt que leur voiture, scooter ou autre.

Pourquoi ? → Moins de véhicules qui polluent sur les routes, moins de gaz à effet de serre et de pollution aux particules fines. Ce serait bénef pour la planète, la santé, et le portefeuille 🔥

  • Les transports sont la première source d’émission de gaz à effet de serre en France.
  • Ça représente 19% de ce qui est émis sur le territoire.
  • Concernant la circulation routière en particulier, 54% des émissions sont dues aux voitures uniquement.

Ça fait partie des secteurs qu’il va falloir chambouler pour atteindre la neutralité carbone en 2050 !


Ça fonctionne vraiment ?

Les points positifs

Combien de villes ont rendu leurs transports 100% gratuits en France ?
  • 7
  • 22
  • 36

Petit focus sur la plus grosse de ces villes : Dunkerque et son agglomération (= les autres communes autour). Là-bas, la gratuité totale a été mise en place en septembre 2018, il y a un peu plus de 3 ans. Comme l'explique Gregory Bartholomeus, maire de Fort Mardyck (à côté de Dunkerque) :

« Dunkerque c’est une ville industrialo-portuaire, on avait des alertes qualité de l’air très fréquentes, donc l’objectif c’était d’inciter les gens à changer leurs comportements pour réduire la pollution. Et c’est aussi utile contre l'isolement ! »
Au bout d’un an, à quel point la fréquentation a-t-elle augmenté ?
  • +25% de passagères et passagers
  • +55% de passagères et passagers
  • +85% de passagères et passagers

Les points négatifs

  • Pas sûr que niveau environnemental, ce soit vraiment efficace. Une analyse de The Conversation estime que l’effet serait en fait assez neutre, notamment si on prend en compte le surplus de trajets effectués par les bus (= des véhicules qui restent assez polluants et qui ne sont pas toujours remplis) et le fait que beaucoup de ces nouveaux trajets en transports en commun étaient simplement des trajets qui n’étaient pas effectués auparavant.
« Pour l’instant, on n’a pas d’étude sur l’impact sur la pollution. »
Grégory Bartholomeus
  • Il faut que le réseau soit efficace. Que ce soit gratuit, c’est top, mais si le réseau ne correspond pas aux besoins de ceux et celles qui l’utilisent, ça fonctionne moins bien 🙈 

Par exemple, à Dunkerque, en même temps que la gratuité, le réseau a été amélioré : les bus sont plus fréquents (toutes les 10 minutes), il y a des voies prioritaires… Ça a aussi incité les uns et les autres à les utiliser davantage ! Alors qu’à Niort, une autre ville moyenne qui a mis en place la gratuité, ça n’a pas aussi bien marché. Mais la ville avait choisi de réduire l’offre plutôt que de l’augmenter !

  • Autre problème : le financement. Si Niort a choisi de réduire son offre, c’était pas par hasard mais pour pouvoir financer cette gratuité = moins de bus, mais des bus gratuits. Bilan : l’augmentation de la fréquentation n’est que de 25%, c’est toujours ça mais c’est beaucoup moins efficace qu’à Dunkerque.

Pour la chercheuse spécialiste des transports Geneviève Zembri Mary, la gratuité totale « ça ne peut fonctionner que pour les réseaux où les recettes commerciales (= ce que paient les passagers et passagères) représentent moins de 8% de l’argent qui sert à entretenir le réseau ».

Par exemple, à Dunkerque, les billets et abonnements finançaient environ 10% du réseau, une perte qui a été compensée en rognant sur d’autres budgets 👀

« Le choix de la gratuité, c’est aussi une question politique : où est-ce que les élus choisissent de mettre l’argent de la collectivité. »
Geneviève Zembri Mary



····················

🥜 En bref

La gratuité, ça fonctionne au moins en partie pour inciter la population à laisser tomber la voiture pour le bus.

Mais concernant la pollution, c’est encore incertain : il faut faire plus d’études, voire ce que ça donne dans des villes qui utilisent le tramway ou le métro plutôt que les bus…

Et il reste un problème : c’est souvent très cher à mettre en place, car un réseau de transports en commun, ça nécessite beaucoup d’argent.


🧐 On fait quoi ?

Quelques autres techniques pour faire baisser les émissions des transports :

  • Les limitations à 30km/h (comme à Paris désormais)
  • La tarification des places de parking
  • La possibilité de se garer en périphérie
  • L’amélioration des voies dédiées aux transports en commun, à la marche ou au vélo
  • La multimodalité = le fait d’utiliser différents moyens de transports pour un même trajet, par exemple du vélo, puis le métro, puis la marche

····················

Le SUV est-il une catastrophe écologique ?

👀 Sources

Ministère de l’environnement
Observatoire des villes du transport gratuit
Le Monde - A Niort, le bus est gratuit depuis deux ans, mais le bilan est mitigé
The Conversation - Transports publics gratuits, une mesure inefficace contre la pollution en ville

author image
Esther Meunier
À la recherche de bonnes nouvelles