Accueil
3 min

COP28 : pourquoi le sommet climat de 2023 est (déjà) dans la sauce

poll bubble
QUIZ
C’est pour quand déjà la COP28 ?
  • Ça a commencé depuis le 1er février
  • Ça commence en décembre
  • C'est prévu pour l'été 2025

Le lieu de la COP, déjà

poll bubble
QUIZ
La COP28 se tiendra à...
  • Dubaï
  • Miami
  • Moscou

Pourquoi ça pose problème ?

Les Émirats Arabes Unis sont un des pays du monde avec la plus grosse empreinte carbone individuelle : 24,93 tonnes de CO2 émis par personne et par an. C’est moins que le Qatar (40,52 tonnes de CO2/personne) mais plus que les États-Unis (17,54 tonnes de CO2/personne).

D'aucun dénonce donc l'hypocrisie qu'il y a à organiser un sommet sur la lutte contre le changement climatique dans un pays qui fait partie des mauvais élèves sur la question du climat.

Mais inversement ça pose d'autres questions (auxquelles on a, perso, pas la réponse) :

  • Faut-il uniquement organiser les COP dans des pays « vertueux » sur le plan écologique ?
  • Pourquoi la précédente organisation des COP dans d'autres pays qui polluent aussi beaucoup (les États-Unis par exemple) n'ont pas provoqué la même contestation ?
smiley
T'en penses quoi toi ?

La présidence de la COP qui ne passe pas

Cerise sur le gâteau : le 12 janvier, le profil du futur président de la COP28 a été confirmé. Il s'agit du sultan Ahmed al-Jaber qui est le ministre de l’Industrie des Émirats arabes unis.

poll bubble
QUIZ
Pourquoi sa candidature fait polémique ?
  • Il est aussi PDG d'une compagnie pétrolière
  • Il ne se déplace qu'en jet privé
  • Il a dit en 2022 : « Le climat, j'en ai rien à foutre. »

Autant te dire que les militant·es écologistes sont pas ravi·es de ce choix. Dans un courrier envoyé au secrétaire général de l'ONU, des centaines d'ONG (dont Greenpeace et Climate Action Network) expliquent que cette décision « menace la légitimité et l'efficacité de la COP28 ».

« Si on a le moindre espoir de s'attaquer à la crise climatique, chaque COP doit être libre de l'influence polluante de l'industrie des énergies fossiles. »

Ils craignent qu'Ahmed al-Jaber soit confronté à des conflits d'intérêt entre son rôle de président de la COP et sa proximité avec le monde de l'industrie pétrolière → que ça ralentisse/complique les négociations (pour sortir des énergies fossiles notamment).

De leur côté, les Émirats Arabes Unis défendent leur choix : Ahmed al-Jaber dirige aussi Masdar, l’entreprise nationale des énergies renouvelables (cet homme dort-il la nuit ??). Il était le chef de la délégation nationale à la COP27 en novembre dernier, et a même été nommé, en 2009, au sein d’un groupe consultatif sur l'énergie et le changement climatique par le secrétaire général des Nations Unies. Bref, pour le pays, il incarne la transition écologique.

Au fait, il fallait retenir quoi de la COP27 ?

AFP
Our World in Data
UNFCCC - Conference of the parties

author image
Pauline Vallée
Voisine de Totoro