Accueil
8 min

À quoi ressemblerait le train idéal ?

Le train de tes rêves, il serait plutôt style :
  • Poudlard Express (chaleureux avec des bonbecs en voiture-bar)
  • Le Darjeeling Limited (bordélique mais dépaysant ++)
  • L’Orient Express (luxueux mais aux passagers un peu limite)
  • Dernier train pour Busan (pour des trajets… mortels)

4 millions de personnes prennent le train (transilien, TER, TGV, Intercités) chaque jour (!) en France. Beau score, mais ça serait mentir de dire que le train tel qu’on le connaît est absolument parfait.

Et en vrai c’est dommage, car il reste un des modes de déplacement les plus écologiques = l’équivalent de 1,2 kg de CO2 par personne pour faire un trajet de 300 km, versus 109 kg en voiture et 115 kg en avion 🏆

Alors chez NOWU (et avec un peu d’aide), on a fait un petit exercice d’imagination : qu’est-ce qui lui manquerait pour devenir absolument parfait ?

Le train idéal serait…

Pas trop cher

Le coût d’un trajet en train est un GROS sujet (on en parle d’ailleurs plus en détail dans cet article). Personne n’est vraiment d’accord : le prix du billet de train a augmenté de 15% entre 2021 et 2022 selon l’INSEE, alors que la SNCF affirme au contraire qu’il a baissé de 7% depuis 2019. En tout cas, quand on parle de plus utiliser ce moyen de transport, le prix est souvent cité comme frein.

Ailleurs en Europe, les opérations spéciales se multiplient pour rendre le train plus accessible. L’Espagne a rendu entièrement gratuit ses trains régionaux entre septembre et décembre 2022. Après avoir expérimenté le ticket de train mensuel à 9 euros cet été, l’Allemagne a lancé son « Deutschlandticket » à 49 euros/mois → si tu l’achètes, tu peux monter à bord de n'importe quel train/bus régional dans tout le pays, en illimité, pendant un mois 👀

Et en France ? Le principe arrive doucement, avec par exemple la « carte occ’ygène » lancée par la région Occitanie qui inclut des réducs sur des activités à faire localement + 6 trajets en train ou cars offerts.

Sans aller jusqu'à rendre le train 100% gratuit, un moyen de le rendre plus accessible peut aussi être de proposer un meilleur système de réductions pour ceux qui voyagent énormément, ou ceux qui prennent le train en famille. Par exemple :

  • Aller + loin que ce que propose la carte famille nombreuse en créant un forfait famille dégressif « avec -50% sur le prix du billet du conjoint·e et -80% sur ceux des enfants » suggère Côme Girschig (co-créateur de la conférence Imagine 2050)
  • Créer une réduction qui s’active à partir du nombre de voyage : « avoir un billet à 5 euros si tu prends le train 20 fois dans le mois, un billet à 8 euros si tu le prends 10 fois dans le mois… » propose Cloé Chevron (directrice de projets et experte du domaine ferroviaire chez Egis Conseil).

Une autre solution est aussi de simplifier/communiquer davantage sur des choses qui existent déjà, comme le billet congés annuels proposé par la SNCF → il donne droit à une réduc’ d’au moins 25% sur le prix de tes billets de train quand tu poses des congés payés.

Tu connaissais l’existence de ce truc ?
  • Oui !
  • Euh… non 😳 (fomo)

Donc pourquoi pas proposer un service personnalisé (en gare ou à distance) avec un·e conseiller·ère à qui tu peux expliquer un peu ta life, tes besoins de transport en général, et qui pourra te renseigner sur tous les bons plans itinéraires/cartes de réduction ?

Et aussi solliciter d’autres acteurs : certaines entreprises proposent aujourd’hui une voiture de fonction à leurs salarié·es, mais pourquoi pas leur donner le choix entre ça ou avoir tous leurs déplacements en train gratuit ? Un peu comme un abonnement train de fonction quoi.

Fiable

Fin du mythe : les trains français ne sont pas les plus en retard (à l’échelle européenne en tout cas), selon un rapport de l'Autorité de la qualité de service dans les transports. Après, évidemment, on peut toujours faire mieux 🤷

Avec un bon réseau

Le réseau de train français est le deuxième plus long d’Europe, avec une densité/habitant plutôt dans la moyenne haute. Mais c’est aussi « un réseau très en étoile » pointent Côme Girschig et Béatrice Jarrige (cheffe du projet mobilité longue distance chez le Shift Project).

« Les grands axes partent de Paris, mais les autres villes sont mal reliées entre elles : par exemple Saint Malo et Étretat » développe Côme. Pour Béatrice : « Certaines lignes pourraient être doublées, comme l’axe Paris-Lyon qui est la ligne grande vitesse la plus fréquentée d’Europe, d’autres carrément créées. Surtout des lignes directes et transverses. » → Par exemple l’axe Bordeaux-Lyon qui va bientôt être remis en service par Railcoop ou « une ligne via Clermont Ferrand qui permettrait de désenclaver le centre de la France ».

Et enfin, qui dit réseau de train dit réseau de train de nuit en Europe. Quelques idées en vrac pour le rendre encore plus chouettos : créer de nouvelles lignes (obviously), transformer certaines lignes de train de nuit en ligne à grande vitesse (pour être sur place encore plus viiite)…

Intermodal

Un mot un peu compliqué pour dire qu’un seul trajet peut être effectué en combinant plusieurs moyens de transport. Par exemple : pouvoir se rendre à la gare en vélo, puis prendre un train, et finir le trajet en bus ✌️

Forcément il y a une infinité de combinaisons possibles, et côté écologie ce serait top parce que ça permet de limiter l’usage de la voiture notamment.

Pour développer ça, il y a plusieurs pistes, à commencer par le vélo donc :

  • Multiplier les parkings en gare, et pour qu’ils soient utilisés, développer les réseaux de pistes cyclables autour.
  • Réserver des espaces pour embarquer son vélo avec soi (ce qui s’est déjà amélioré dans les TER rappelle Côme, mais reste parfois compliqué dans les TGV) → Ça devrait progresser dans tous les cas puisque depuis 2021 il est obligatoire de prévoir 8 places de vélo par train en France pour les équipements neufs ou rénovés.
  • Ou bien permettre d’avoir un vélo à chaque bout, par exemple avec des services de location : pour Cloé, privilégier les places pour les voyageurs et installer des vélos en libre service en gare serait peut-être plus pertinent.

D’après Côme, cette intermodalité ça pourrait aussi passer par le fait de combler les liaisons manquantes par des lignes de bus (en faisant un effort pour que les horaires des correspondances concordent) ou des navettes autonomes qui transporteraient, à la demande, des gens dans des zones non desservies par le métro/train → c’est d’ailleurs une des pistes que propose le rapport Vision de la France 2050 co-écrit en 2020 par le Conseil national de la transition écologique. Une condition pour que ce soit efficace et écolo : développer des sources d’énergie propres pour alimenter ces véhicules rappelle quand même Cloé ☝️

Un dernier levier à noter : la billettique. C’est bien beau de vouloir permettre aux gens de faire des trajets combinés, mais s’il faut prendre un nouveau billet à chaque fois c’est pas pratique, et potentiellement trop cher, alors qu’un seul ticket pourrait permettre de louer un vélo en ville + monter dans un TER + finir le trajet en bus !

Accessible et confortable

Dans un train idéal, il y aurait aussi quelques améliorations pratiques. Par exemple, pour toutes les personnes à mobilité réduite, avec des poussettes, etc → faire en sorte que tous les aménagements soient fonctionnels, avec des ascenseurs en état de marche, et faire connaître les options d’accompagnement qui existent déjà y compris pour les familles avec enfants 👶

Pourquoi ne pas recréer aussi des espaces dédiés aux enfants, avec des jeux « comme il en existait avant dans certains trains corail » se demande Béatrice ? Et à l’inverse créer des voitures calmes, pour ceux qui veulent télétravailler dans le train (un usage qui se développe).

On peut aussi imaginer une meilleure gestion des bagages : s’il n’est pas vraiment possible de créer une soute comme pour les bus ou avions à cause du temps que ça prendrait à charger et décharger, peut-être prévoir plus d’espaces dans certains trains où ça manque, ou réintroduire des systèmes de consigne (y compris dans les petites gares) !

Et aussi… améliorer les trains de nuit ! T’as peut-être déjà fait ces trajets où il est impossible de dormir, sans couchette ou avec des couchettes inadaptées, un voisin qui ronfle et cette question en tête : « mais pourquoi ? » 😭 Bon bah on devrait pas être condamné·es à ça, il y a des endroits où c’est beaucoup plus adaptés (y compris dans les bus d’ailleurs, comme en Asie où c’est assez commun) !

Faire du train idéal une réalité : y a des solutions ?

On est pas bien là, à balancer des idées en se disant que ce serait cool qu’elles se mettent en place (toutes seules si possible svp) ? Techniquement, elles le pourraient… mais dans les faits, c’est aussi une question de financement et (surtout) de choix politique.

Aujourd’hui le train reste très subventionné, rappelle Cloé. Autrement dit, l’État verse de l’argent pour assurer son fonctionnement et son développement. Celui qui paye est (souvent) celui qui décide : c’est donc l’État qui peut bouger les lignes en choisissant de financer, ou non, les améliorations dont on parle. « On pourrait avoir tout gratuit mais alors il faut que le contribuable finance le système : c’est des dilemmes de politiques publiques » résume Béatrice.

Cet argent supplémentaire, il peut venir d’une modification du budget existant de l’État (mettre moins d’argent sur un ministère pour en donner + aux transports), mais aussi de recettes supplémentaires → le rapport Vision de la France 2050 propose par exemple de créer une taxe sur le kérosène (le carburant des avions, qui polluent pour rappel) qui pourrait servir à financer le train !

Et l’ouverture à la concurrence ? Ça consiste en gros à permettre à plusieurs entreprises de faire circuler des trains sur les rails d’un pays. C’est une volonté de la Commission Européenne, qui est en cours d’application en France, avec comme objectif de faire évoluer l’offre et baisser les prix :

  • Peut-être pour le premier point (il y a déjà des concurrents comme Railcoop qui veulent rouvrir des lignes transversales délaissées)
  • Mais le deuxième point ne se vérifie pas forcément dans la réalité : certaines équipes de recherche, comme celle de Florent Laroche, à l'Université Lumière Lyon 2, n’ont pas pu mettre en avant de différence significative. Et d’ailleurs dans les faits, les billets de train au Royaume-Uni (qui a ouvert son réseau à la concurrence en 1993) sont parmi les plus chers en Europe 💸
smiley
Et toi, à quoi ressemblerait TON train idéal ?
Le train c'est (vraiment) plus cher que l’avion ?

Interview de Côme Girschig, co-créateur de la conférence Imagine 2050
Interview de Béatrice Jarrige, cheffe du projet mobilité longue distance au sein du Shift Project
Interview de Cloé Chevron, directrice de projets et experte du domaine ferroviaire chez Egis Conseil
Data.gouv - Régularité quotidienne lignes SNCF
Ministère de la Transition écologique - Vision de la France 2050
Ministère de la Transition écologique - Densités des réseaux ferroviaires en Europe
Railcoop - Railcoop lance ses rencontres locales le long de la future ligne Bordeaux-Lyon
France Info - Espagne : les trains régionaux gratuits pendant quatre mois
France Info - Les prix du billets de train ont-ils augmenté de 15% comme le calcule l'Insee ou ont baissé de 7% comme l'affirme la SNCF ?
Ministère de la Transition écologique - Le Gouvernement met en place une obligation dans les trains neufs ou rénovés de prévoir 8 emplacements pour vélos
Journal du dimanche - Pourquoi l'ouverture à la concurrence du secteur ferroviaire ne devrait pas faire baisser fortement les prix

author image
Esther Meunier
À la recherche de bonnes nouvelles
author image
Pauline Vallée
Voisine de Totoro