Accueil
5 min

8 manières de se passer des emballages en plastique jetables

Les emballages représentent :
  • 0,4% du plastique utilisé
  • 4% du plastique utilisé
  • 40% du plastique utilisé


1 - Pas d’emballage

En vrai, pourquoi se casser la tête à mettre des couches et des couches de plastique sur des objets qui n’en ont absolument pas besoin ? Prends les fruits et légumes : une partie d’entre eux est déjà protégée par une peau épaisse, donc un truc 100% naturel qui se retire facilement au moment de la consommation.

C’est le cas des :
  • Bananes 🍌
  • Oranges 🍊
  • Avocats 🥑

Les autres produits plus fragiles peuvent être transportés dans des petits sachets de coton réutilisable. Bref, plus aucune excuse pour continuer de les emballer !


2 - Les emballages réutilisables

C’est le principe même de la consigne. Ce principe pas du tout récent (demande à tes grands-parents !) consiste à acheter un objet avec un contenant solide, en payant un peu plus cher, puis à rapporter le contenant une fois qu’il est vide pour récupérer la différence.

On peut l’appliquer à plein de choses : tu connais sans doute les écocups à ramener au bar une fois ton verre vide, mais des restaurants proposent aussi de la vente à emporter dans des tupperwares consignés, et des entreprises envoient leurs colis dans des sacs réutilisables, à retourner à l’envoyeur !


3 - Les emballages en verre

Lourd, fragile, mais potentiellement recyclable à l’infini, le verre peut être une alternative intéressante au plastique.

Aujourd’hui, en France, il est recyclé à :
  • 35%
  • 55%
  • 85%


4 - Les emballages en bois/en papier

Le bois et le papier sont des matériaux naturels et recyclables, plus avantageux que le plastique. Mais attention :

  • « Recyclable » ne veut pas dire « recyclé » → environ 40% des déchets papiers ne sont pas recyclés en France.
  • Les alternatives en bois ou en bambou peuvent très bien être fabriquées à l’autre bout du monde et expédiées… dans des sachets plastiques.
  • Tu penses que ton gobelet en carton est recyclable ? Erreur : bien souvent l’intérieur est recouvert d’une pellicule de plastique pour le protéger de l’humidité.


5 - Les emballages inspirés de la nature

La nature fait bien les choses, alors pourquoi ne pas s’en inspirer ? Voilà le mood d’une équipe de chercheur·euses de l’Université de Cambridge, qui travaille à créer un nouveau matériau aussi résistant que le plastique, mais créé à partir de protéines d’origine végétale, et qui imite la structure de la soie d’araignée (la matière dont elle se sert pour tisser ses toiles).

Autre exemple tout simple pour la route : un supermarché thaïlandais avait décidé en 2019 d’emballer certains fruits et légumes frais dans des feuilles de bananier.


6 - Les emballages à manger

Non non, c’est pas une blague. Tu as par exemple les gobelets comestibles de Good-Edi à base d’avoine et farine de blé, les gouttes d’eau Ohoo avec une membrane en algues, ou encore les pailles Herald en sucre, amidon de maïs et gelée.

Chaud pour goûter tout ça ? 😈
  • Grave !!
  • Euh...
  • Le plus : c’est rigolo.
  • Le moins : c’est une solution de niche qui serait, à priori, difficile à transposer à grande échelle.


7 - Les emballages utiles

Tu l’as compris, un des problèmes majeurs avec l’emballage plastique classique, c’est qu’une fois que tu utilises le produit qu’il contient, il part en aller simple vers la poubelle 👋 C’est donc intéressant de concevoir des emballages utiles que tu pourrais réutiliser plutôt que jeter !

Ça peut par exemple prendre la forme d’une bouteille en savon solide, que tu peux donc utiliser pour te laver une fois que t’as fini le gel douche qu’elle contient (pratique !).


8 - Les emballages invisibles

Quoi quoi ? Comment c’est possible ?? En fait on parle plutôt d’un revêtement anti-microbes à pulvériser sur les aliments → c’est ce qui a récemment été testé sur des avocats par une équipe de chercheur·euses de la Harvard John A. Paulson School of Engineering and Applied Sciences et de la Harvard TH Chan School of Public Health.

Leur « emballage » biodégradable (qui peut être décomposé naturellement par des micro-organismes) protégeait les avocats-test de la contamination par des microbes, et en plus permettait de les garder frais plus longtemps 👏

Mais au fait : c’est quoi le problème avec le plastique au juste ?

👀 Sources

Interview de Diane Beaumenay-Joannet, chargée de mission chez Surfrider Foundation Europe
Surfrider Foundation Europe - La consigne, un système à réutiliser
Surfrider Foundation Europe - Un monde sans plastiques c’est possible !
Citeo
ADEME - Le paradoxe du plastique en 10 questions
The Guardian - The edible solutions to the plastic-packaging crisis
Forbes - Thailand Supermarket Ditches Plastic Packaging For Banana Leaves
The Impact Story
University of Cambridge - ‘Vegan spider silk’ provides sustainable alternative to single-use plastics
Nature - Controlled self-assembly of plant proteins into high-performance multifunctional nanostructured films
Nature - High-throughput coating with biodegradable antimicrobial pullulan fibres extends shelf life and reduces weight loss in an avocado model
Creapills - Cette bouteille de savon biodégradable est entièrement constituée… de savon
The Harvard Gazette - Novel food wrap offers shelf preservation

author image
Pauline Vallée
Voisine de Totoro