Accueil
5 min

5 solutions pour une agriculture durable à mettre en place rapidos

L’agriculture va faire face à 2 gros challenges niveau écologie dans les années à venir :

  • N°1 : les conditions climatiques évoluent, donc il va falloir s’adapter
  • N°2 : l’agriculture participe elle-même à beauuucoup d’émission de gaz à effet de serre et donc au changement climatique
En 2019, l’agriculture ça représentait…
  • 3% des émissions de la France
  • 11% des émissions de la France
  • 19% des émissions de la France

En plus de ça, c’est un enjeu social et économique pour les personnes qui en vivent (ou qui pourraient en vivre à l’avenir). Ça touche aussi à l’alimentation des français·es, ça a des impacts sur la biodiversité…

Pour résumer : il faut que l’agriculture se réinvente un peu (ou pas mal même en fait), tout en respectant les gens qui travaillent dans ce domaine + la planète.

Pour ça, il y a des solutions ! Ici, on t’en présente 5 qui peuvent s’appliquer en France 👇

Solution pour l’agriculture n°1 : cultiver plus de légumineuses

Aka les pois, les fèves, les haricots blancs et rouges, le soja, etc.

Pourquoi ce serait une bonne idée ? Parce qu’elles ont pas mal d’avantages :

  • Elles sont riches en protéïnes, donc c’est bon niveau régime alimentaire (pour les animaux mais aussi pour les humains, surtout pour remplacer la viande !)
  • Elles sont un vrai atout dans les champs parce qu’elles peuvent utiliser l’azote de l’air quand elles grandissent et n’ont donc pas besoin de fertilisants azotés à mettre dans la terre ! En plus, elles le restituent dans les sols et ça permet aux cultures suivantes d’avoir moins besoin d’engrais et de donner de meilleurs rendements → c’est top parce que les fertilisants azotés, ça participe pas mal au réchauffement climatique, donc plus on les réduit, mieux c’est  🙌
  • Planter des légumineuses, ça permet de diversifier les cultures (parce qu’aujourd’hui ce sont souvent des rotations basiques colza / blé / orges pour résumer), ce qui a aussi un max d'avantages pour limiter les maladies et les ravageurs ou favoriser la biodiversité par exemple

Solution pour l’agriculture n°2 : implanter plus d’arbres

Planter des ✨ arbres ✨ en bordure des champs (des haies donc) ou dans les champs (ce qui est appelé de l’agroforesterie) ça a des impacts positifs :

  • Ça absorbe du carbone (ce qui réduit la quantité de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et donc permet de lutter contre le changement climatique)
  • Ça limite l’érosion*
  • Ça régule les flux d’eau (ça permet aux sols de mieux les absorber, au lieu que l’eau glisse et s’en aille)
  • C’est bon pour la biodiversité
  • Ça met les cultures et/ou les animaux à l’abris en cas de grosse chaleur

Seul truc : ça nécessite de très bons calculs parce qu’ajouter des arbres, c’est aussi de la concurrence pour l’eau et la lumière

Solution pour l’agriculture n°3 : ne pas laisser les sols à découvert

Entre 2 cultures, les champs sont parfois laissés à nue, c'est-à-dire sans rien qui pousse dessus. Pourtant, les couvrir avec des cultures « intermédiaires » (= entre 2 cultures, donc) est meilleur pour l’environnement !

Ça permet notamment :

  • De protéger les sols contre l’érosion, parce que les plantes maintiennent la terre bien fixée (hyper utile notamment face aux intempéries et inondation pour éviter que l’eau emporte tout sur son passage !)
  • Ça retient mieux l’eau
  • Ça amène de la matière organique au sol une fois qu’on détruit ces cultures intermédiaires
  • Ça piège du carbone
  • Si on plante sur cette phase là des légumineuses, ça a tous les bénéfices des légumineuses cités avant !

Oui, en gros c’est une technique qui rassemble les avantages des 2 techniques précédentes, belle perf 💅

Solution pour l’agriculture n°4 : utiliser plus (et mieux) le caca des animaux

Les déjections animales de base posent pas mal de problèmes : elles émettent des gaz à effet de serre et d’autres pollutions atmosphériques, elles polluent l’eau… Pourtant, c’est aussi une richesse qui peut servir d’engrais organique (de l’engrais produit naturellement en quelques sortes) et donc réduire l’utilisation d’engrais de synthèse !

→ Mieux les gérer (du moment où on les récupère, au moment où on les met dans les champs) permettrait de réduire la pollution dues aux déjections animales elles-mêmes ET la pollution due aux engrais de synthèse qui seraient remplacés par ces déjections !

Bon, clairement, pas besoin de toutes les déjections actuellement produites : en réduisant un peu l’élevage intensif on aurait quand même assez de fumier avec des élevages plus respectueux de l’environnement pour approvisionner les champs en engrais organiques. Double solution 🤝

Solution pour l’agriculture n°5 : instaurer plus de prairies

« Prairie », ça t’évoque sûrement un joli champs tout plein de fleurs et de plantes (et des gens qui courent dedans) 🌼

C’est pas si éloigné de la réalité. En gros, c’est une surface en herbe (utilisée pour nourrir des animaux, soit parce qu’on coupe ce qui y pousse pour leur donner, soit parce qu’on y laisse les vaches/moutons/autres faire leur vie et manger la dite herbe, ce qui s’appelle du pâturage).

Les prairies, c’est bien pour une agriculture durable, notamment parce que :

  • Ça préserve la qualité de l’eau
  • Ça préserve la qualité des sols
  • Ça stocke du carbone (oui encore)
  • Ça a pas vraiment besoin d’engrais (surtout si on met un peu de légumineuses dedans #astuce)
  • Et ça nécessite assez peu d’eau
  • Ça nourrit bien les animaux (et ça peut par exemple remplacer le maïs, qui a besoin de beaucoup plus d’eau du coup, astucieux quand on sait que les périodes de sécheresse vont se multiplier)

Le hic, c’est que pour l’instant les prairies c’est pas forcément hyper rentable pour les agriculteur·ices. Il faut donc un peu réorganiser les filières agricoles et le système d’aides publiques (par exemple la fameuse Politique Agricole Commune de l’Union Européenne) pour rémunérer à leur juste valeur tous les services rendus par des terres laissées en prairies 🙏

Ta réaction

Tu penses quoi de ces solutions ?
Éviter les famines de demain grâce à des graines un peu spéciales ?

Érosion : dégradation des sols parce que la matière organique qui les compose est emportée (par le vent, l’eau ou certaines techniques agricoles).

Juliette Grimaldi, ingénieure à l’INRA (Institut national de la recherche agronomique)
Maé Guinet, enseignante-chercheuse à l’Institut Agro-Dijon
notre-environnement.gouv - Les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture
ADEME - Agriculture & Environnement : des pratiques clefs pour la préservation du climat, des sols et de l'air, et les économies d'énergie
INRAE - Quelles solutions pour cultiver et protéger autrement ?
INRAE - La structure du paysage, alliée de la lutte naturelle contre les ravageurs

author image
Esther Meunier
À la recherche de bonnes nouvelles