• TAKE AWAY 🥡 Quel bilan pour la COP26 ?

    Par Esther Meunier& Pauline Vallée

    La COP26 s’est terminée samedi 13 novembre, avec l’adoption du Pacte climatique de Glasgow (dispo ici en anglais).

    197 pays + 2 semaines de négociations = 1 bilan. On te résume les grands points à retenir de l’accord final. À toi de dire si c’est plutôt un top ou un flop !

    • Maintenir l’objectif de réchauffement à +1,5°C

    Chaque État signataire de l’Accord de Paris doit actualiser sa stratégie de réduction des émissions de gaz à effet de serre tous les 5 ans (aka les Contributions Déterminées au niveau National). La deadline tombait cette année à Glasgow : bien essayé, mais ces nouvelles contributions (CDN) ne respectent toujours pas l’objectif max de +2°C de réchauffement en 2 100 (si elles étaient appliquées, on partirait plutôt sur +2,4°C).

    Le Pacte de Glasgow presse quand même les États : pour la prochaine étape, ils doivent revoir leurs CDN dès 2022 au lieu de 2025 💪

    Verdict ?
    • Plutôt 👍
    • Plutôt 👎
    • Sortir des énergies fossiles

    Un des gros dossiers de la COP26 portait sur la sortie des énergies fossiles*, c’est-à-dire les sources d’énergie responsables de la majorité des émissions de gaz à effet de serre, et donc du changement climatique.

    Le texte final du Pacte de Glasgow a été modifié jusqu’à la dernière minute. Résultat :

    👉 Il appelle finalement à réduire l’usage du charbon alors que les premières versions invitaient à en sortir.
    👉 Il appelle à éliminer les subventions « inefficaces » aux énergies fossiles (et non à les éliminer tout court comme le prévoyaient les premières versions).
    👉 Il ne mentionne pas le pétrole et le gaz.

    Ces objectifs sont donc jugés insuffisants et injustes par de nombreuses personnes, notamment des scientifiques et activistes 💔

    Verdict ?
    • Plutôt 👍
    • Plutôt 👎
    • Structurer les marchés carbone

    Un des gros enjeux, c’était de finaliser comment l’article 6 de l’Accord de Paris serait mis en place → il concerne les « marchés carbone », c’est-à-dire la possibilité pour les États du monde de s’échanger des émissions et des absorptions de gaz à effet de serre, pour respecter ses objectifs et atteindre la neutralité carbone*.

    Comment ça marche ? Si tu pollues ça émet une dette carbone, qu’il faut compenser par un crédit carbone → soit tu achètes un crédit carbone à un autre pays/entreprise, soit tu crées toi-même ce crédit en plantant des arbres/mettant en place des technologies de compensation carbone*.

    ⚠️ L’objectif est rempli, mais il reste des inquiétudes :
    👉Les marchés carbone, c’est un truc en place depuis des années : avec cet accord, il est possible de continuer à s’échanger de vieux crédits carbone (qui remontent jusqu’à 2013) → en faisant ça, ce sera moins cher de polluer/compenser, et donc la réduction des émissions sera plus difficile
    👉Il reste encore quelques failles qui pourraient permettre à des entreprises ou des États de frauder un peu ce système
    👉Beaucoup d’activistes et de spécialistes considèrent les marchés carbone comme du greenwashing*

    Verdict ?
    • Plutôt 👍
    • Plutôt 👎
    • Financer l’adaptation

    D’après l’Accord de Paris, les pays développés sont censés verser 100 milliards de dollars par an (jusqu’en 2025) dans le Fonds d'adaptation au changement climatique. Ce fonds doit servir aux pays les plus vulnérables pour financer leur adaptation au changement climatique.

    Problème : les 100 milliards n’ont pas été versés en totalité, ni en 2019, ni en 2020. Le Pacte de Glasgow invite les pays concernés à respecter « de toute urgence » leur engagement en versant la somme promise, et même d’aller « au-delà ».

    Verdict ?
    • Plutôt 👍
    • Plutôt 👎
    • Compenser les « pertes et dommages »

    Les « pertes et dommages », c’est le terme institutionnel pour décrire tous les dégâts que le changement climatique cause déjà, et causera inévitablement à l’avenir. Par exemple : ceux dus aux ouragans ou à la montée des eaux 😱

    Les pays les plus affectés par le changement climatique espéraient que les pays développés s’engageraient à leur donner de l’argent pour faire face à ces dégâts.

    Mais finalement, le seul engagement de la COP26 sur ce sujet, est de financer le Santiago Network = un réseau qui vise à développer la recherche sur le sujet (et donc pas tellement l’action concrète 🙈 ).

    Verdict ?
    • Plutôt 👍
    • Plutôt 👎
    • Coopérer

    Niveau coopération, on peut dire que ça partait un peu dans tous les sens. L’accord final explique bien qu’il faut reconnaître l’importance de la jeunesse, des peuples autochtones ou encore des ONG, mais pourtant ceux-là ne se sont pas sentis hyper intégrés au processus 😬

    Côté États, on peut noter que les États-Unis et la Chine ont fait une annonce (un peu surprise) sur le fait de mieux collaborer sur le sujet dans les 10 ans à venir : c’est important quand on sait que ces deux pays sont les 2 plus gros émetteurs de CO2.

    Mais sur beaucoup de sujets, la voix des petits États et États en développement n’a pas forcément été entendue : beaucoup considèrent l’accord final plus favorable aux pays développés.

    Verdict ?
    • Plutôt 👍
    • Plutôt 👎

    Pour garder en tête ces conclusions, on t'a préparé un petit récap 👇 Clique sur l'image pour la télécharger !

    Récapitulatif en image des bonnes et moins bonnes nouvelles des conclusions de la COP26

    ····················

    🔍 Dico

    Énergies fossiles : énergies qui viennent de la décomposition de végétaux et d’animaux morts il y a des millions d’années, par exemple le charbon, le gaz ou le pétrole. En brûlant ces matières pour produire de l’énergie, on relâche beaucoup de gaz à effet de serre dans l’atmosphère → elles favorisent le changement climatique.

    Neutralité carbone : Équilibre net entre le CO2 émis et le CO2 absorbé dans l’atmosphère (les émissions sont compensées par une absorption équivalente).

    Compensation carbone : piéger du carbone pour éviter qu’il ne contribue à l’effet de serre, soit avec des méthodes naturelles (ex : planter des arbres) soit avec des méthodes technologiques (ex : enfermer le carbone sous terre). Ces méthodes sont controversées.

    Greenwashing : faire passer un produit, une démarche, une politique, pour quelque chose de meilleur pour l’environnement que ça ne l’est vraiment.


    👀 Sources

    Commission Européenne
    UNEP
    Nations Unies
    Climate Action Tracker
    Statista
    Mediapart

    Esther Meunier
    (ou Esther Reporter sur le reste d’Internet)
    Pauline Vallée
    Voisine de Totoro / ✉️ @PL_Vallee