• SOLUTION 🚀 Construire des villes-éponges contre les inondations

    T’as déjà vécu une inondation ?
    • Oui 😔
    • Non 🤞

    Si oui, tu fais peut-être partie des 2 milliards de personnes qui ont été touchées par ce genre de catastrophes entre 1998 et 2017 dans le monde.

    Rien d’étonnant à ça :
    👉 La moitié de la population mondiale vit en ville
    👉 Or une grande partie des zones urbaines sont installées près d’un point d'eau.
    👉 Pourquoi ? Parce qu’historiquement, ça apportait plein d’avantages (pour les cultures, le commerce, l’approvisionnement...).

    Mais, avec l’artificialisation des sols* et le changement climatique, l’eau est devenue une source de danger.

    💧 En temps normal : quand l’eau tombe sur la ville → elle coule le long des surfaces en béton imperméables → elle atterrit dans des collecteurs d'eau de pluie → elle est redirigée dans un point de stockage ou une voie d’eau existante (par exemple, un canal ou l’océan).

    ☝️ Si ce réseau est débordé, le trop-plein d’eau se déverse où il peut, faisant de gros dégâts au passage.

    Les villes telles qu’on les connaît ne sont pas adaptées aux événements climatiques extrêmes, comme les crues ou les fortes pluies. Il faut donc les repenser.


    On parle de quoi ?

    Du concept de « ville éponge ».

    À ton avis, c’est quoi ?
    • Une ville avec des bâtiments en éponge
    • Une ville capable d’absorber de grandes quantités d’eau
    • Une ville qui se nettoie toute seule

    La « ville éponge » est un concept développé par les Pays-Bas et la Chine au début des années 2010.

    La Chine a lancé en 2015 un programme pour aider ses villes à mieux résister aux inondations 👉 80% de ses zones urbaines devront être capables d’absorber et réutiliser 70% des eaux de pluie qui les touchent d’ici 2030.

    Les villes éponges utilisent plusieurs méthodes pour atteindre cet objectif :

    • Construire ou restaurer des zones humides*.
    • Créer des espaces verts, comme des parcs, des étangs ou des jardins de pluie.
    • Installer des toits végétalisés.
    • Utiliser un revêtement poreux (du béton spécial par exemple) pour les routes, trottoirs, parkings…
    • Créer des zones qui peuvent se transformer en bassins en cas d’inondation (des aires de jeux pour enfants par exemple).
    • Installer des stations de pompage d’eau de pluie.
    • Éviter de trop modifier le cours naturel des fleuves, pour leur permettre de se réguler tout seul.
    En cas de forte pluie, les éléments de la ville éponge absorbe l'excédent d'eau et le font passer dans le sol.

    1 toit végétalisé
    2 espace vert
    3 zone humide
    4 zone de collecte

    Ces mécanismes aident l’eau à s’infiltrer dans le sol, où elle est collectée par :

    • Des nappes phréatiques*
    • Des tunnels
    • Des réservoirs de stockage.

    Elle est ensuite rejetée dans le point d’eau le plus proche/utilisée en cas de sécheresse ou pour approvisionner la ville (alimenter les chasses d’eau par exemple 🧻).


    C’est vraiment une bonne idée ?

    • La ville éponge retient l’eau, plutôt que chercher à tout prix à la repousser, en utilisant surtout des méthodes écologiques 🌱 Elle est donc beaucoup plus respectueuse de l’environnement, car elle combat l’artificialisation des sols* et favorise la végétation.

    • L’usage de la végétation est efficace pour prévenir les inondations, mais pas seulement ! Elle sert aussi à rafraîchir la ville en cas de fortes chaleurs, et protège la biodiversité. Une pierre deux coups 💯💯

    • Construire quelques parcs par-ci par-là, ça ne suffit pas. Pour fonctionner, la ville éponge doit combiner un maximum de ces outils. Seuls, ceux-ci ne sont pas efficaces en cas de catastrophe.

    • La ville éponge peut limiter l’impact de certaines catastrophes, mais elle ne peut pas non plus faire des miracles. La ville chinoise de Zhengzhou, pourtant membre du programme, a ainsi subi de grosses inondations en juillet 2021.
    « Les mesures de "ville éponge" sont conçues pour faire face à environ 180 à 200 millimètres de pluie sur 24 heures. »
    Faith Chan, professeure agrégée à l'Université de Nottingham Ningbo, à Reuters

    Mais les très fortes pluies, comme celles qui ont frappé Zhengzhou, peuvent aller bien au-delà de 200 mm !

    Quel endroit détient le record de pluie tombée en 24 heures ?
    • Foc-Foc (La Réunion 🇷🇪🇫🇷)
    • Mawsynram (Inde 🇮🇳)
    • Debundscha (Cameroun 🇨🇲)

    ····················

    🧐 On fait quoi ?

    • Tu peux prévenir les inondations à ton échelle, en reprenant des mesures de la ville éponge. Par exemple (pour les chanceux qui vivent dans une maison avec jardin) : éviter au maximum d’imperméabiliser le sol, soit en le laissant naturel, soit en utilisant des matériaux poreux qui vont laisser l’eau s’infiltrer.

    • Tu peux aussi créer un jardin de pluie. C’est joli, et surtout ça absorbe très rapidement de grandes quantités d’eau. Voilà un tuto si ça t’intéresse 👀
    Le jardin de pluie est une dépression composée de plantes et de sable, et capable d'absorber de grandes quantités d'eau.

    crédit : @gardeners

    • Si tu vis dans un quartier fréquemment touché par les inondations, essaye d’en parler à ta copropriété/ ton conseil de quartier/ta mairie. Si ça peut leur permettre de moins avoir à réparer/dédommager, ils ont tout à y gagner 🙌

    ····················



    😎 T’en veux plus ?

    Inondations, une menace planétaire : Tokyo, Shanghaï, Bangkok, New York… Ce docu présente les techniques de plusieurs grandes villes pour se protéger contre les inondations.

    De l’espace pour le fleuve - Innover contre les inondations : un autre documentaire qui fait le tour des solutions contre les inondations, des Pays-Bas à la France en passant par l’Allemagne.


    🔍 Dico

    Artificialisation des sols : transformation d’un sol naturel qui lui fait perdre tout ou partie de ses propriétés naturelles.

    Nappe phréatique : réserve d’eau située sous terre, à une faible profondeur.

    Zone humide : zone naturellement inondée par de l’eau douce ou de l’eau salée, qui abrite un écosystème particulier.


    👀 Sources

    Bureau du Conseil d’État chinois
    C40
    Fortune
    OMS
    ONU
    Reuters
    The Guardian





    🐳 Par Pauline Vallée