• 1-0 ⚡️ Comment convaincre ses profs de parler du changement climatique en classe

    Tu trouves qu’on te parle assez du changement climatique en cours ?
    • Oui 🤠
    • Non 😫

    Si t’as répondu non, voilà quelques arguments pour convaincre tes profs de changer ça (ou au moins d’initier le dialogue) !

    Argument n°1 : Les jeunes sont les citoyen·nes et décideur·euses de demain.

    Breakings news : limiter le changement climatique, c’est du boulot. Ça implique de transformer nos habitudes de vie, mais aussi nos systèmes politiques, économiques, juridiques… Tout ça n’est possible que si chacun·e comprend à quel point c’est important de le faire.

    C’est un sujet très complexe. Forcément, il faut du temps pour l’assimiler. Alors quoi de mieux que d’en parler aux plus jeunes, histoire de former une génération 100% informée et concernée ?

    Qui a instauré des cours obligatoires sur le changement climatique ?
    • La Suède 🇸🇪
    • L’Italie 🇮🇹
    • La Roumanie 🇷🇴

    Le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) dit lui-même que l'éducation scolaire est cruciale pour réaliser cette (nécessaire) transformation radicale de la société :

    « Nous aimerions que l'ensemble du rapport [...] soit utilisé dans l'enseignement dans le monde entier pour les adolescents, pour les étudiants, afin qu'ils puissent apprendre les dernières, les meilleures connaissances disponibles. »
    Valérie Masson Delmotte, présidente du GIEC

    Autrement dit, l'éducation scolaire doit te fournir les connaissances nécessaires pour devenir un citoyen éclairé et appréhender ta vie d'adulte → Le changement climatique va forcément en faire partie. Ça serait bizarre de squeezer ce sujet non ?

    Argument n°2 : En parler permet d’expliquer plein de phénomènes actuels (et très concrets !).

    Inondations, canicules, pandémies… Les effets du changement climatique affectent déjà ton quotidien. Un des rôles de l’école est justement de te préparer aux problèmes et discussions auxquels tu seras confronté·e en dehors de la salle de classe.

    « On observe de plus en plus d’orages hyper violents, de pluies démesurées. C'est effrayant. Tout ça m’a motivé à comprendre ce qu'il se passe, et à me former pour expliquer le pourquoi du comment à mes élèves. »
    Céline, professeure de SVT

    Avec le changement climatique, on parle aussi de plus en plus de concepts pas ultra intuitifs comme « quota carbone », « décroissance », « géoingénierie », « écocide »... C’est donc l’occasion pour tes profs de t’expliquer les mutations en cours ou à venir dans plein de domaines.

    « J’aimerais que le sujet soit davantage abordé, et surtout abordé différemment. Il faudrait parler des inégalités sociales face à la crise environnementale, des populations les plus touchées... De justice environnementale, aussi. Ça pourrait parfaitement s’intégrer dans le chapitre consacré aux théories de la justice sociale par exemple ! »
    Julien, professeur de sciences économiques et sociales
    Argument n°3 : C'est un sujet qui intéresse les jeunes (en témoignent les nombreuses grèves scolaires pour le climat).

    Le changement climatique inquiète les jeunes Européen·nes : il arrive en tête des « problèmes les plus graves auxquels l’humanité est confrontée » pour 46% des interrogé·es d’un sondage Ipsos.

    « Les élèves sont demandeurs et intéressés. Ils ont pas mal de connaissances dessus, voir des avis. Certains ont peur ou sont défaitistes, d’autres au contraire sont hyper motivés et veulent tout révolutionner ! »
    Céline, professeure de SVT
    Argument n°4 : Ils vont en entendre parler de toute façon, ça serait bien de les accompagner sur le sujet.

    Parler du changement climatique oui. Mais en parler sans prendre un minimum de précaution risque d’angoisser les élèves, en faisant reposer sur eux tout le poids du changement.

    L'UNESCO encourage donc les pays à développer une « approche scolaire globale » du sujet. L’idée : « impliquer la communauté » et « créer un environnement d'apprentissage où les élèves et les éducateurs respirent et vivent la durabilité ».

    « Quand j’aborde le sujet avec mes élèves, j’essaye d’alléger un peu le poids de la responsabilité individuelle. J’insiste sur le fait que supprimer les pailles en plastique ne va pas résoudre la crise climatique, et qu’il faut un changement collectif profond. »
    Julien, professeur de sciences économiques et sociales

    Parler du changement climatique est facilement anxiogène. L’UNESCO recommande aussi de faire attention à « la santé mentale pour aider les étudiants aux prises avec l'ampleur du problème ». Ça passe par plusieurs choses, comme évoquer les solutions qui existent.

    « Mes élèves [de terminale] finissent souvent par me dire : ‘nous on ne peut rien faire, c’est aux politiques et aux pays de changer ça’. Je leur réponds : ‘vous êtes des citoyens, vous allez faire des choix… Et bientôt, vous voterez !’ »
    Céline, professeure de SVT

    ····················

    🧐 On fait quoi ?

    En France, le changement climatique est déjà abordé dans certaines matières, comme la SVT (logique), la géographie ou les sciences économiques et sociales. Ce n’est pas toujours facile de trouver le temps de le faire, mais rien n’empêche tes profs d’en parler un peu plus en cours !

    • Pour aborder le sujet, il faut des connaissances. Plusieurs solutions :
    • Le Plan de Formation Académique propose aux enseignants des formations sur le sujet dans plusieurs matières (histoire-géo, SVT…). Tout est visible ici.
    • L’initiative des Nations Unies UN CC:Learn propose, en collaboration avec 30 organisations, des cours en ligne gratuits sur le changement climatique pour les professeurs du primaire et du seconde. Plus d’infos sur ce site.
    • Il existe aussi des ressources en ligne sérieuses pour creuser le sujet : celles du Fonds mondial pour la nature (WWF) par exemple, ou encore le site de l’Office for Climate Education (OCE), créé par la fondation La main à la pâte et des scientifiques internationaux.

    ····················



    👀 Sources

    Ipsos
    Reuters
    UN CC:e-Learn
    Unesco



    🐳 Par Pauline Vallée